Bilbary amorce le prêt d'ebooks au Royaume-Uni

Clément Solym - 26.11.2012

Edition - Bibliothèques - prêt de livres numériques - Tim Coates - bibliothèques


Tim Coates, ancien PDG de la chaîne de librairies Waterstone's, a eu le nez plus que creux. En présentant en décembre 2011 son service Bilbary, tourné tout à la fois vers la vente et le prêt d'ebooks, il sentait le vent tourner. Autant que la nécessité de constituer une offre de librairies et de bibliothèques, simultanément. 

 

 

 

C'est que, outre la vente au détail, Bilbary allait apporter un service d'abonnement, permettant d'emprunter deux ebooks mensuellement, pour 9,99 €. Bilbary prévoit de taxer 20 % du prix au détail d'un ouvrage pour un prêt de 30 jours. « Les lecteurs seront le point d'attention première de ce site. Il ne vendra rien d'autre. C'est le site qui sera indispensable pour tout et tout le monde, y compris des groupes des lecteurs, pour des gens souhaitant des conseils, et il sera relié à Facebook », assurait le fondateur. 

 

Depuis, le passage par une bêta-test, avec 340.000 exemplaires venus des catalogues de 2300 éditeurs et l'ouverture définitive, avec 100.000 de mieux et 150.000 titres supplémentaires en avril 2013, le site est sur les rails. Mais il ne l'était que pour le territoire américain, pour le côté e-prêt. 

 

Rendez-vous en décembre

 

Selon The Bookseller, l'ouverture du service pour le Royaume-Uni est imminente, prévue pour le mois de décembre, avec un catalogue de 40.000 titres disponibles pour les usagers, avec la perspective de 100.000 ouvrages prochainement. Et un accent tout particulièrement porté sur l'offre universitaire.

 

Dans quelques semaines, les utilisateurs pourront accéder au prêt de livres numériques, par le biais de Bilbary, pour lequel les maisons britanniques manifestent un certain intérêt. « Nous recevons beaucoup d'encouragements de la part d'éditeurs comme Taylor & Francis. Nous espérons qu'ils viendront compléter l'offre des bibliothèques universitaires - alors que les étudiants sont tous à la recherche du même livre, au même moment, cela leur offrira un autre endroit pour se les procurer. Les budgets ne permettent plus aux bibliothèques d'acquérir de nouveaux livres, mais le service sera une autre source de revenus pour les éditeurs. »

 

Le service de prêt sera étendu aux éditeurs et aux lecteurs plus globalement, à compter de l'année prochaine. Une fonctionnalité importante pour le grand public, qui pourra alors se décider, soit à acheter un livre numérique, soit profiter de la permission de lire sur leur machine, au travers, l'un comme l'autre, de l'offre de Bilbary.

 

La bibliothèque, le partenaire du futur

 

De surcroît, Tim Coates a également négocié l'implantation de son service de vente de livres numériques, directement dans les bibliothèques, avec de multiples partenariats, qui offrent, sur le site des établissements, la possibilité à l'usager d'acheter le livre immédiatement. « Appelez-le : bouton de gratification immédiate. Si un usager souhaite un ebook qui n'est pas disponible dans la bibliothèque, ou pour lequel le temps d'attente est trop long, alors ils pourront choisir de l'acheter et le télécharger, en faisant bénéficier la bibliothèque du processus », commentait simplement Tim. 

 

Du côté français, Marie-Pierre Sangouard, directrice des contenus Kindle pour Amazon France, nous présentait l'offre de prêt d'ebooks, pour les clients Premium d'Amazon. Cette solution permet de télécharger gratuitement un livre tous les mois, à lire sur son appareil. Une première dans le monde, exclusivement chez Amazon. 

 

« C'est un modèle nouveau pour les éditeurs, et une offre unique chez Amazon. Elle nous a démontré aux États-Unis que l'on pouvait ainsi non seulement susciter l'intérêt des clients, qui réalisent plus de critiques et laissent de commentaires sur les livres. Cela fait remonter les ouvrages dans nos sélections, et conduit à de meilleures ventes pour ces titres, qu'ils viennent de maisons d'édition ou d'auteurs indépendants. » (voir notre actualitté)

 

Chapitre.com a également signé un accord avec Areva, pour fournir en livres numériques les bibliothèques scientifiques et techniques, ainsi que les centres documentaires de la société.