Birmingham : une bibliothèque à 188 millions £ en période de crise

Nicolas Gary - 30.08.2013

Edition - Bibliothèques - bilbiothèque - Royaume-Uni - Birmingham


C'est la plus grande bibliothèque d'Europe qui vient de s'ouvrir, mais également l'une des plus onéreuses. Avec 188 millions £ d'investissement, l'établissement de Birmingham a été financé par les fonds propres de la ville, d'après les plans d'un architecte néerlandais, Mecanoo. Le projet emblématique surgit alors que le reste du pays souffre d'une véritable crise bibliothéquesque....

 

 

 

 

Le nouveau monument se dresse, formidable, dans la ville, dans un contexte de crise et de restrictions budgétaires drastiques pour le reste du réseau britannique. Des coupes budgétaires, au point que l'on demande à des bénévoles de venir prendre la place des employés, se couplent à des réductions de services.

 

Pour justifier ses efforts et ses dépenses, il faudra que la bib de Birmingham affiche une fréquentation d'enfer : en 2011, une enquête avait montré qu'elle était la deuxième plus fréquentée dans le pays, avec 1,197 million de visiteurs sur la saison 2010-2011. Avec 400.000 nouveaux ouvrages à proposer au public, soit deux fois la capacité de l'ancien établissement, l'insolence du projet ne manque pas de frapper.

 

On prévoit, selon les pronostics les plus alarmistes que 400 bib fermeront au cours des trois prochaines années. Sans financement pour subvenir aux besoins essentiels. Et les conflits entre les responsables des bibliothèques et les conseils municipaux se multiplient, le tout encadré par le soutien des communautés locales qui se débattent pour assurer un service minimal. 

 

Des militants critiquent d'ailleurs la position de l'Arts Council England, l'agence en charge du... développement des bibliothèques. Ils estiment que sa politique publique en la matière a échoué dans la tentative de sauvegarde des bibliothèques. Et les attaques ne cessent de pleuvoir contre Ed Vaizey, secrétaire d'État à la Culture, la communication et les industries créatives. Sa responsabilité dans le devenir des bibliothèques n'est plus à démontrer, quoiqu'il tente de s'en défendre.

 

Birmingham, c'est également une course folle : au cours des ans, ce sont quatre bâtiments qui ont été montés, tous plus ambitieux que le précédent. Le 3 septembre, la nouvelle ouvrira ses portes, et attend 3,5 millions de visiteurs pour sa première année. 

 

« Nous avons 800.000 volumes et nous avons rendu 40 % de notre stock disponible en ligne, ce qui représente 13 % de mieux que pour l'ancienne bibliothèque. Nous avons également 25 miles d'archives, plus trois millions d'images photographiques, des films que vous ne pourrez voir nulle part, ainsi qu'une connexion WiFi, des espaces pour les ordinateurs, mis à disposition du public. La bibliothèque est un lieu d'apprentissage, et nous avons essayé de la rendre la plus agréable pour tous les usagers », vante Brian Gambles, directeur de l'établissement.

 

Les autres établissements apprécieront de l'apprendre.