Bloomsbury : Harry Potter et les reliques des Archives

Clément Solym - 20.04.2011

Edition - Bibliothèques - potter - numeriser - ovni


Bloomsbury signe un contrat de cinq ans avec les Archives nationales britanniques pour numériser quatre-vingts millions de documents. Et coéditer des livres électroniques...

L'institution préserve des documents vieux de mille ans, des papiers gouvernementaux, coloniaux et militaires. L'éditeur de Harry Potter a acheté aux Archives le service de généalogie en ligne de Peter Christian, les fichiers sur les OVNI du Docteur David Clarke, les publications sur les Tudors de David Loades, des pièces sur le Titanic et la Magna Carta.

Les Archives souhaitent faire œuvre de pédagogie : « Nous susciterons l'intérêt d'un large public pour notre vaste collection de ressources documentaires historiques », a affirmé la gestionnaire des Archives, Laura Simpson.


En revanche, Bloomsbury souhaite faire prospérer son entreprise. Nigel Newton, le chef de la direction, atteste que l'éditeur « apportera une valeur ajoutée ». Par exemple, inclure des interfaces interactives, ainsi que « des produits et des services innovants », destinés aux chercheurs et au grand public.

Jonathan Glasspool, le directeur général, évalue à vingt-deux millions le nombre d'internautes en quête de leur généalogie sur le site des Archives nationales. Pour améliorer cette fréquentation, il va créer des espaces de recherches différenciés entre les adultes et la jeunesse : « Je suis sûr qu'un titre comme “lorsque mon grand-père vient de... » va intéresser de nombreux enfants. »(via The Bookseller)

Si les recettes produites par ce projet doivent être partagées entre Bloomsbury et les Archives nationales, l'éditeur entend bien prendre la part du lion ! (via Telegraph)