Bloomsbury se porte bien, grâce à sa cuisine éditoriale

Xavier S. Thomann - 16.01.2013

Edition - Economie - Bloomsbury - Résultats 2012 - JK Rowling


Décidément, la fin de l'année aura été bonne pour la plupart des éditeurs anglais et américains. Après Random House et compères c'est au tour de la maison Bloomsbury de publier ses résultats. Non, l'édition n'est pas encore moribonde. Détails et explications.

 

 

Dumbledore's Army Shannon Phantom, CC BY 2.0

 

 

Les profits de l'éditeur sont en effet au faîte pour le dernier trimestre 2012 par rapport à la même époque en 2011. Les quatre mois qui ont précédé la fin de l'année ont certes vu une légère baisse (2 %) dans le nombre de titres vendus, mais les résultats financiers sont au rendez-vous. 

 

On ne sait pas encore à combien il faut évaluer cette hausse, toutefois les raisons invoquées sont le développement de la vente d'ebooks et de la vente en ligne, deux facteurs qui réduisent les coûts d'exploitation. Les ventes de livres numériques ont augmenté de 58 % pour l'éditeur par rapport à l'année précédente. Ceci serait dû à une plus grande popularité de ce support de l'autre côté de la Manche.

 

Mais le livre numérique n'est pas le seul responsable de ces bons résultats. La maison peut également se féliciter d'avoir des auteurs populaires, au premier rang desquels on trouve bien sûr JK Rowling. Son Hogwart's Library a bien fonctionné, de même que les ouvrages des cuisiniers Paul Hollywood (How to Bake) et Hugh Fearnley-Whittingstal (Three Good Things on a Plate). 

 

Nigel Newton, le PDG, a déclaré : « Nous faisons de bons progrès dans beaucoup de domaines alors que s'opère une transition du marché vers des ventes plus portées vers le numérique. » De plus, il est confiant quant au développement du livre numérique et la capacité de la maison à y faire face.

 

À noter que Bloomsbury, fondée en 1986, a conclu un accord avec l'émission de télévision Masterchef, accord qui donnera lieu à la publication de plusieurs titres. Résultat de ces annonces, l'action est en légère hausse à la Bourse de Londres.