medias

BnF : l'argent de la numérisation par Jouve pour les oeuvres indisponibles ?

Clément Solym - 27.07.2012

Edition - Bibliothèques - BnF - numérisation de masse - Jouve


Information ActuaLitté : Certains bruits de couloirs soufflés depuis la BnF affirmeraient que le Centre national du livre aurait retiré deux millions d'euros de la subvention accordée dans le cadre de la numérisation de masse réalisée par Jouve. ActuaLitté a plusieurs fois souligné l'étendue des dégâts dans ce programme, et, si elle se confirmait, cette information ferait donc état d'une prise de conscience de la part des pouvoirs publics. 



Exemple de la numérisation par Jouve. Qualité et efficacité...


 

Mais cela n'est pas si simple. D'abord, parce que vis-à-vis de notre rédaction, la BnF s'est murée dans un silence qui relève de la chape de plomb doublée d'un revêtement en kevlar. Difficile donc d'obtenir des informations sur ce point. Mais en tendant l'oreille, un autre bruissement accompagne le premier, faisant valoir que cette somme interviendrait en fait dans la fabrication de la plateforme destinée aux oeuvres indisponibles. 

 

Si, si, l'autre projet délirant qui vise la numérisation des oeuvres indisponibles du XXe siècle, et qui a toutes les chances d'aller droit dans le mur de l'anticonstitutionnalité.

 

À ce titre, soulignons que ni le ministère de la Culture, ni le Syndicat national de l'édition n'ont apporté de réponses aux interrogations soulevées. Acceptons docilement l'excuse des vacances, un arbre qui dissimule mal la forêt d'épineux qui grattent…

 

Rappelons donc que dans le cadre de la loi sur la numérisation des oeuvres indisponibles, la BnF aurait la charge de mettre en place la plateforme, dont le coût serait estimé, chiffrage à prendre avec des pincettes, à 2,5 millions €. 

 

Selon nos informations, la BnF aurait affirmé avoir trouvé un moyen de financer le coût de cette plateforme, sans que nous puissions en dire plus. « Une nouvelle illustration de l'incurie de la BnF », commente un observateur.

 

La rue de Valois assiégée

 

Ce qui pose un sérieux problème, c'est que dans le cas des oeuvres indisponibles, le Centre National du Livre fait figure d'acteur dégagé, particulièrement dégagé. En effet, si le ministère de la Culture et de la Communication, sous la plume de Frédéric Mitterrand, avait signé l'accord-cadre pour cette législation (avec le SNE et la SGDL, entre autres…), la nouvelle locataire des lieux, Aurélie Filippetti, ne s'est toujours pas prononcée sur la question. 

 

Mais de son côté, le CNL est clairement absent de la discussion depuis les premiers temps. Les raisons pourraient être multiples, mais avant tout, il semble que l'on ne soutienne tout simplement pas le projet, qui a tout de la fête à Neuneu. Comment envisager de recommercialiser des oeuvres, même sous leur forme numérique, alors que l'éditeur qui les exploitait sous leur version papier, les avait tout simplement abandonnées ? 

 

Cela dit, l'organisme de tutelle du CNL reste la rue de Valois, et à ce titre, le Centre devra céder si Filippetti en prend la décision. 

 

Sollicité par ActuaLitté, sur la question de ces 2 millions €, le CNL nous répond que pour l'heure, les demandes de la BnF, pour l'année 2012, sont en cours d'instruction avec le ministère.  Toutes les demandes de l'établissement formulées auprès du Centre ont été enregistrées, et désormais, elles sont en cours d'examen avec la rue de Valois. Il y aura quelques échanges de points de vue, et la décision prise fera l'objet d'une notification auprès de Bruno Racine, président de la BnF.

 

Il serait intéressant de découvrir que 2 millions €, originellement alloués pour la numérisation de masse, pourraient être déplacés habilement, pour venir grossir les investissements réalisés pour la loi sur les indisponibles…




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.