BnF : résultats insuffisants des négociations entre syndicats et direction

Joséphine Leroy - 01.06.2016

Edition - Bibliothèques - BnF direction syndicats - BnF SUD Culture - Loi Travail BnF agents


Lundi 30 mai, une première réunion de négociation a réuni la direction et des représentants de l’intersyndicale CGT, FSU et SUD Culture, ainsi que quatre vacataires qui se sont portés volontaires lors d’une AG. Insatisfait, le syndicat SUD-Culture appelle de nouveau à la grève ce samedi 4 juin. 

 

(ActuaLitté / CC BY SA 2.0)

 

 

Depuis plusieurs semaines, les syndicats font grève tous les samedis, pour signifier leur mécontentement par rapport à des conditions de travail détériorées. Fin avril, la CGT-BnF appelait à une mobilisation contre la politique gouvernementale, mais aussi contre la gestion des contractuels, autrement dit des « vacataires ». Les syndicats critiquaient un manque de cohérence entre la politique gouvernementale et la politique interne à la BnF. 

 

Prenant appui sur une instruction ministérielle sortie en 2015 sous l’impulsion de Fleur Pellerin, une porte-parole du Syndicat avait confié au micro d’ActuaLitté que le ministère « voulait adopter une doctrine de gestion pour ces agents contractuels, les sécuriser dans l’emploi. Le ministère proposait que les agents vacataires passent sur des contrats de 110 heures ». Une proposition qui n’avait pas été intégrée à la BnF. En mai, la mobilisation s’était donc poursuivie et une réunion avait finalement été organisée. 

 

Mais c’est notamment sur ce point que SUD Culture estime qu’il n’y a pas eu d’amélioration. La direction a trié les 80 demandes d’aménagements d’horaires recensées (sur 152). Nous reproduisons partiellement la liste (dressée sur le site de SUD Culture) des agents qui ne peuvent pas bénéficier du passage aux 110 heures : 

 

  • -  Les  10 « vacataires qui ne relèvent pas de contrats sur financements BnF [...] seraient exclu(e)s des 110 heures car la direction dit ne pas avoir de maîtrise sur ces contrats d’un point de vue budgétaire ».
  • -  « Les vacataires qui sur la liste complémentaire et en attente de titularisation ».
  • - « 7 agent(es) », à cause d’une « réorganisation générale de l’Accueil » en cours, même si pour le syndicat, d’autres tâches pourraient leur être confiées en attendant les résultats de l’étude.

 

 

La direction autorisera le passage à 110 heures pour 15 agents, selon des critères d’ancienneté « et/ou en fonction des besoins spécifiques émis par leurs services ». 8 agents sont appelés « au titre complémentaire du recrutement sans concours de magasiniers : 4 en septembre 2016 et 4 autres avant juin 2017 », précise la CGT-BnF. Pour les vacataires restants, « la direction propose un plan de formation aux concours et annonce un nouveau recrutement direct de magasinier(e) s en 2018 ». Les syndicats ignorent encore le nombre de postes pourvus. 

 

« Si nous pouvons nous satisfaire de certaines avancées obtenues grâce à la lutte de ces dernières semaines, ces propositions restent largement insuffisantes en ce qui concerne le passage à 110 heures. Plutôt que d’opérer un tri parmi les vacataires sur des critères bancals, les représentant(e) s de SUD Culture ont proposé à la direction un passage à 110 heures gradué pour tous/tes les vacataires » qui le souhaitent [...]. » 

 

Concernant le passage en CDI des « vacataires », « la direction a annoncé une mise en application au 1er octobre ». 

 

Pour ce qui est de la comptabilisation intégrale du temps de travail dans le cadre de la gestion des temps et des activités, « la direction a donné un accord de principe, avec un temps de cadrage à déterminer ». Enfin, pour la majoration à 100 % des heures travaillées en soirée et le dimanche, « la direction a accepté de revoir cette revendication lors de la réunion consacrée à la comptabilisation intégrale du temps de travail dans la gestion des temps et des activités » qui aura lieu au mois de juillet.  

 

Les quatre vacataires présents lors de la réunion s’étaient portés volontaires lors de la dernière Assemblée générale, « malgré les réticences de la direction à la présence de personnel non syndiqué », précise SUD Culture. 

 

La tempête se calme, mais n’est pas terminée à la BnF. Vendredi, une réunion au ministère de la Culture se tiendra.