Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Bob Miller de retour chez Macmillan ouvre une filiale non-fiction

Lauren Muyumba - 30.05.2013

Edition - Les maisons - Macmillan - Bob Miller - Non-fiction


Un "come back" en vue d'un "happy ending" ? Ce qui est sûr, c'est que la carrière de Bob Miller, 56 ans, est loin d'être terminée. Début 2015, le monde de l'édition devrait voir apparaître une nouvelle filiale de la maison d'édition Macmillan. Une maison qui lui avait ouvert ses portes en tant qu'assistant-éditorialiste pour St. Martin's Press en 1978.

 

 

 

 

 

L'aventure devrait recommencer en juillet, avec un tout autre programme. John Sargent, le PDG de la maison d'édition Macmillan, est allé le chercher pour développer son projet : créer une collection entièrement dédiée aux livres de non-fiction aux États-Unis. John Sargent, le PDG de la maison américaine a exprimé toute la confiance qu'il plaçait en cet homme : « Tout son travail correspond à l'univers des auteurs et des livres. Trouver les bons livres au bon prix est une tâche difficile, et Bob s'est montré très bon dans ce domaine. »

 

Quand à Miller, il ne cache pas son ravissement de se retrouver à la même adresse de Manhattan, comme au bon vieux temps, et de revenir à ses racines. Depuis, l'arbre a poussé : dernièrement chez Workman Publishing, de 2010 à mars 2013, il est le créateur de HarperStudio chez HarperCollins et le fondateur d'Hyperion Books (éditions pour adultes du groupe Walt Disney) en 1990.

 

Un bon bagage donc. Aujourd'hui, il remercie ses anciens et nouveaux collègues de chez Macmillan, et exprime sa reconnaissance vis-à-vis de John Sargent. La maison Macmillan a été pour lui un lieu d'apprentissage d'un grand nombre de valeurs, dont il s'est rappelé tout au long de sa carrière d'éditeur. 

 

Bob Miller intégrera son nouveau poste le 8 juillet 2013. Il pourra ainsi entamer le long travail pour atteindre son but : publier 36 livres par an, soit trois ouvrages par mois. Bob Miller explique avec réalisme : « Il faut beaucoup de temps. L'important est d'apporter toute l'attention dont les livres ont besoin ». Il serait déjà entré en contact avec quelques écrivains, mais refuse pour le moment de divulguer leurs noms.