Bookdealer : le e-commerce à taille humaine, pour libraires indépendants

Federica Malinverno - 27.10.2020

Edition - Librairies - librairie indépendante Italie - Bookdealer ecommerce vente - livres internet humain


REPORTAGE – En Italie un libraire et un éditeur indépendants ont donné vie à une plateforme de commerce en ligne réservée aux librairies indépendantes. Une initiative courageuse et innovante, qui a déjà donné des résultats excellents. 



 
Bookdealer est la plateforme de vente en ligne pour les librairies indépendantes italiennes. Elle a été créée pendant le confinement et lancée fin août 2020. À ce jour les librairies adhérentes sont déjà au nombre de 405 — une augmentation remarquable, si l’on considère qu’elles étaient initialement 120. Un projet novateur qui a su répondre à un manque qui affectait depuis longtemps le panorama éditorial et libraire italien. 
 

L’essor extraordinaire de la vente en ligne


Fondée par un libraire et un éditeur indépendants — Mattia Garavaglia et Leonardo Taiuti —, cette plateforme n’est pas seulement une initiative liée aux difficultés du confinement, au cours duquel l’édition italienne avait fait preuve de grand dynamisme et créativité, en imaginant des systèmes alternatifs de distribution de livres. 

Il s’inscrit dans une tendance plus générale, celle de l’essor de la vente en ligne depuis au moins une dizaine d’années. Il suffit de considérer quelques données : jusqu’en 2009, le e-commerce du livre physique en Italie n’a pas dépassé 3 % du marché. Aujourd’hui, cependant, sa part atteint 26,7 % du total (selon les rapports commandés depuis 2007 de l’AIE — Associazione Italiana Editori — à l’institut Nielsen). En somme, comme le rappelle Leonardo Taiuti, « une croissance exponentielle ».  

En Italie, il existait déjà Amazon (depuis novembre 2010) ainsi que plusieurs plateformes de vente en ligne (le réseau des librairies Libraccio ou Feltrinelli, entre autres), appartenant à des grandes chaînes de librairies, souvent contrôlées par les plus grands groupes éditoriaux italiens. Néanmoins, « il manquait un portail qui permettrait d’acheter des livres en ligne sans que cela n’affecte négativement l’expérience de la librairie indépendante », ajoute Leonardo.
 

Au cœur du projet, les librairies indépendantes


Le cofondateur de Bookdealer souligne à plusieurs reprises l’aspect éthique de l’initiative, qui a des importantes retombées sur la sauvegarde du réseau des librairies italiennes indépendantes, déjà fragilisé (dans les cinq dernières années, l’Italie a perdu 2 500 librairies) : « Avec ce portail, les librairies indépendantes peuvent se mettre en réseau et représenter une force importante dans le circuit éditorial italien. Il ne faut pas oublier que sans eux nous, les petits éditeurs indépendants, serions en grande difficulté. »

Une question très chère à Leonardo Taiuti, fondateur de Black Coffee, une maison d’édition indépendante spécialisée en littérature nord-américaine.
 

Pour un e-commerce plus humain


Pour construire ce projet, ils ont fait appel à un développeur externe (la société Booklivery, basée à Florence). Le modèle ne prévoit pas l’intervention d’un distributeur central, comme c’est le cas de l’américain Bookshop, plateforme de commerce en ligne pour les librairies indépendantes américaines née en janvier 2020. « Ce sont les librairies elles-mêmes qui s’occupent de la livraison des livres, en proposant le service de livraison à domicile — moins cher, seulement 1,90 € — ou par courrier », précise Leonardo.

Il nous explique aussi l’inconvénient de ne pas travailler avec un entrepôt central : c’est-à-dire l’absence de stock et l’incertitude sur la disponibilité des ouvrages. Les librairies, en effet, travaillent avec des logiciels de gestion différents, et leurs données ne sont pas agrégées. Cependant, comme le souligne encore Leonardo, « l’avantage est qu’avec Bookdealer l’expérience d’achat lorsque nous entrons dans une librairie est reproduite en ligne ». 

En effet sur les pages de la plateforme dédiées aux librairies sont présents des conseils des libraires, parfois même des vidéos de conseils ; et ceux-ci n’utilisent pas d’algorithmes. L’objectif est de « donner une dimension humaine au commerce électronique, qui permet aux lecteurs de rester en contact avec le libraire ».
 

Une plateforme simple à des prix compétitifs


De plus, l’organisation du travail est flexible et efficace pour les libraires, qui peuvent décider de leurs délais et modalités de livraison. L’association du commerce en ligne au travail physique en librairie « permet aux libraires de trouver des clients là où ils n’en avaient pas. Il y a des personnes qui découvrent des librairies à partir de notre site », raconte Leonardo. Les commerces impliqués arrivent ainsi à étendre leur réseau, leur zone de chalandise en acquérant des nouveaux clients.



Cependant, souvent, l’aspect éthique de la question ne suffit pas. L’objectif est donc de convaincre les acheteurs occasionnels qui s’adressent, par facilité ou habitude, à Amazon. Pour ce faire, un site simple et accessible, susceptible de créer une expérience utilisateur rappelant celle de l’e-commerce traditionnel, s’avère indispensable, tout comme des prix compétitifs.

C’est pourquoi Bookdealer est en train d’envisager des abonnements et des réductions : en somme, une véritable stratégie de fidélisation des lecteurs. De plus, le prix de la livraison à domicile est le même que celui des autres magasins en ligne : 1, 90 €. Avec un avantage, comme le souligne Leonardo : « Le coût n’augmente pas en fonction du poids, car c’est le libraire qui apporte le colis. »
 

Les éditeurs déjà séduits


Un des défis fondamentaux pour Bookdealer est celui de la visibilité. Se faire connaître par les lecteurs est, d’après Leonardo, « une question de pur marketing en ligne ». Au contraire, ce sont les éditeurs qui doivent être convaincus d’abord : « Le but est de faire savoir aux acteurs du monde du livre que nous sommes une réponse du point de vue éditorial aux grandes boutiques de commerce en ligne. Nous ne rivalisons pas avec Amazon, c’est impossible. Mais les remises que les éditeurs font aux librairies indépendantes sont plus petites. Par conséquent, en investissant dans les librairies indépendantes, l’éditeur gagne plus et le libraire, d’après ce cercle vertueux, gagne plus aussi. »

Il résume : « Même les grands éditeurs sont déjà convaincus du bien-fondé du projet. Il faut maintenant persuader les habitués de l’achat en ligne. »
 

Vers une communauté Bookdealer ?


Le cofondateur se dit très satisfait des résultats obtenus jusqu’ici : « Il ne s’agissait que de bouche à oreille, car nous n’avions pas encore un service marketing, et pourtant, durant le premier mois on a enregistré 120 commandes par jour. Aujourd’hui nous voulons décupler ces chiffres, étant donné que notre catalogue compte déjà 1,7 million de titres et 405 librairies. »

Par ailleurs, le projet Bookdealer est toujours en évolution : « Nous allons ouvrir des blogs et des clubs de lecture, organiser des rencontres virtuelles avec des libraires et des écrivains. Nous voulons faire de ce site une sorte de communauté. De plus avant Noël » assure-t-il « nous aurons plusieurs développements du point de vue du contenu de notre site ». 

Déjà, voici d’autres nouveautés bientôt disponibles : l’achat d’e-books et le service de livraison hors Union européenne (en effet, il faut savoir que la livraison à l’étranger est actuellement déjà disponible, dans les limites de l’Union européenne, pour un prix de 9,90 € pour les colis jusqu’à 3 kg). Nous restons en attente de voir ce que cette plateforme pourra encore apporter de nouveau à la filière italienne du livre. 


Commentaires
Quelle belle initiative !

Cela fait plaisir de lire deux nouvelles infos très encourageantes le même jour sur ce site !

L'autre étant ce formidable mouvement de soutien populaire à cette grande librairie new-yorkaise The Strand, sauvée (définitivement espérons-le) de la faillite.

Sinon j'ai souri en lisant avec surprise la mention de «e-commerce traditionnel» sous la plume (ou le clavier) de votre chroniqueuse !

Mais oui, j'ai du mal à réaliser cela...mais certains usages numériques bien ancrés dans nos sociétés depuis longtemps peuvent (presque) être déjà qualifiés de «traditionnels»...

Dans l'innovation à saluer que nous révèle Federica Malinverno, la modernité du commerce en ligne est apparié de manière harmonieuse aux intérêts des librairies indépendantes.

Qui s'en trouvent même renforcés et amplifiés, ce dont on ne peut que se réjouir !

Donc bravo sur toute la ligne.

CHRISTIAN NAUWELAERS
Ça alors, ce que je prône depuis des mois vient d'être fait en Italie, alors qu'on me disait que ce n'était pas possible.

Les Italiens auraient pourtant dû savoir que ce n'était pas possible avant de le faire !

Comme quoi, quand on veut on peut. Quand on ne veut pas, on trouve des excuses !
L'inévitable correction: la modernité du commerce en ligne...appariée non apparié...!

CHRISTIAN NAUWELAERS
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.