Books-A-Million appartient officiellement à son actionnaire principal

Julie Torterolo - 10.12.2015

Edition - International - Book-A-Million - fusion - Anderson


En juillet dernier, la chaîne de librairies américaine Books-A-Million annonçait son rachat, pratiquement en intégralité, par la famille Anderson. Clyde B. Anderson, Président du Conseil d’administration, entendait débourser près de 21 millions $ pour l’opération. 5 mois plus tard, une Assemblée générale extraordinaire a validé la transaction, et convenu des termes précis de cette fusion. 

 

Books A Million - Baltimore

(J Brew, CC BY-SA 2.0)

 

 

En janvier, la famille Anderson qui contrôlait à ce moment-là près de 58 % des parts de la société avait proposé le rachat des actions pour 2,75 $ l’unité. Les enchères sont désormais montées à 3,25 arrivant donc à une facture de 21 millions $. 

 

Réunie en Assemblée générale extraordinaire, la majorité des actionnaires a validé la fusion : sur la part d’actionnaires des actions ordinaires, celles non détenues par la famille Anderson, ce sont 66,3 % qui se sont dits favorables à l’acquisition. Toutes les actions comprises, dont celle de la famille Anderson et ses mandataires sociaux, ce sont alors 88,3 % des propriétaires qui ont accepté la fusion. Le rachat est ainsi officiel à compter de ce jeudi 10 décembre.

 

Transformant Books-A-Million en société privée, une telle fusion peut se comprendre au regard de la situation financière de la compagnie : si la chaîne de librairies a survécu à la disparition de Borders en 2011, elle reste bien plus fragile que Barnes & Noble, par exemple. Son dernier trimestre fiscal fait état d’une baisse des ventes de 0,9 %, pour les quelque 255 magasins encore en activité.