Booktalk : succès des causeries littéraires en ligne

- 16.04.2013

Edition - International - conférences - discussions littéraires - rencontres


Promouvoir les livres en faisant rencontrer les auteurs et les internautes connectés. Si en France les rendez-vous sont courants, ici la Guilde axe sur l'accessibilité du net. D'autant plus qu'avec la différence de législation sur le livre et la situation du marché aux États-Unis la promotion littéraire revêt une question de survie pour les libraires indépendants.

 


 

 

Ces jours-ci, la guilde peut s'enorgueillir de compter 50 librairies partenaires dans ses actions en ligne. Des rencontres d'écrivains comme en librairies, à ceci près que l'Authors Guild a mis en place un système de visio-conférence avec chat incorporé. Ce service qui repose sur les services Hangouts de Google permet à des lecteurs de poser des questions via micro, téléphone et suivre en ligne ces discussions.

 

Un moyen d'accroître l'audience des événements littéraires et promotionnels, malgré la distance, tout en y gardant une certaine interactivité.

 

Après un rendez-vous cyberpunk, mardi, avec Douglas Rushkoff, auteur et Clive Thomson, journaliste, ce jeudi, une autre discussion se consacrera au nouveau roman de science-fiction NOS4A2 en compagnie de John Scalzi.

 

Et d'autres à venir à un rythme régulier de trois conférences toutes les semaines. À la manière des conférences publiques de salons du livre en France, les libraires gèrent un stock de livres à expédier, signés par des auteurs. Exception faite des ventes lors des événements qui sont répertoriées par les auteurs eux-mêmes. À charge ensuite aux libraires de fournir les ouvrages.

 

Véritable levier financier dans la promotion littéraire, la recette des ventes lors des causeries est divisée entre le magasin hôte de l'événement et les libraires partenaires qui ont promu la connexion sur le service web.