Bookface en librairie : Mollat se met la main dans l'oeil

Nicolas Gary - 24.08.2015

Edition - Librairies - librairie Mollat - Bookface promotion - livre peuples


À l’origine, il y eut le sleeveface : il suffisait de se photographier avec une pochette de vinyle ou de CD, placée devant le visage, pour obtenir un effet amusant. Une illusion de prolongement de l’image qui a beaucoup plu aux réseaux sociaux. Et le monde du livre s’est rendu compte qu’avec les couvertures de livres, cela marchait aussi. La mode des bookface s’est donc propagée, avec plus ou moins de bonheur.

 

Librairies à Bordeaux

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Les ateliers Henry Dougier ont lancé l’an passé une nouvelle collection : Lignes de vie d’un peuple. Le projet était de présenter des portraits de peuples, à travers des témoignages d’écrivains, de journalistes. Bref, parler des autres, autrement, si l’on peut dire. 

 

Les couvertures proviennent des photos qu’avait réalisées Céline Boyer, baptisée Empreintes. Ces mains, recouvertes d’un tracé géographique : routes, rivières, relief. Le tout s’ouvrant à une multitude de territoires et de mains, grandes ouvertes. En découvrant ces photographies, Henry Dougier avait immédiatement vu la connexion avec son projet : la collection de la photographe offrirait alors une identité graphique forte, facilement identifiable. L’éditeur nous expliquait, l’an passé, avoir « été immédiatement fasciné, enchanté par ces photos ». 

 

Dans le même temps, il devenait simplissime pour les bookfacers de s’emparer de ces couvertures, pour jouer le jeu d’un prolongement. Et l’on voit alors fleurir des clichés, reprenant les couvertures pour les mettre en scène. 

 

La librairie Mollat s’est tant et si bien prise au jeu qu’elle a décidé de réaliser des photos, diffusées sur les réseaux, mais également imprimées. De passage dans l’établissement, ActuaLitté s’est ainsi retrouvé nez à nez avec une PLV qui n’a pas manqué de capter l’attention. 

 

Librairies à Bordeaux

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

« Si l’idée de jouer avec la couverture est bonne, le choix de mise en scène est effectivement étrange », reconnaît la maison.  Une gestuelle étonnante, devant laquelle certains clients passent, avec un froncement de sourcil. « La PLV a été conçue par Mollat... et elle est erronée, car il ne s’agit pas de romans !!! Mais leur but, si je comprends bien la table, est de présenter aussi, à côté, des romans d’autres éditeurs », nous précise Henry Dougier.

 

Explications prises auprès de la librairie, on comprend parfaitement le malaise qu’inspire la photo. D’autant plus regrettable que « c’est absolument contraire à ce que nous voulions présenter. C’est une collection que, très objectivement, nous trouvons très complète et intéressante. Elle est très loin de tout stéréotype... » Mais un silence gêné vient conclure la phrase.

 

Sur d’autres photos, on constate que le projet de mise en avant était en réalité de réaliser une opération visuelle, justement pour valoriser l’un des titres de Ligne de vie d'un peuple. « L’intitulé Un peuple un roman sur la photo, c’était le fruit de l’association entre ces ouvrages et un livre de fiction, justement. Nous ne voulions pas créer de confusion », poursuit le libraire.

 

 

Les vitrines d'été de la librairie Mollat, l'Afrique à l'honneur !

Posted by Mollat.com on mercredi 15 juillet 2015

 

 

 


 

« Ici, c’était le livre de David Grossman parce qu’il se déroule à Jérusalem, et que cela faisait parfaitement écho au livre sur les Israéliens. » La table aménagée spécialement pour les livres de la collection mêlait d’ailleurs d’autres ouvrages poche, comme le livre d’Andreï Kourkov ou celui d’Andrew O’Hagan. « Nous avions réalisé une série de photos, toujours pour montrer un roman marquant, qui forme alors un couple sur le sujet de la collection Ligne de vie d’un peuple. » 

 

Sauf que la posture et le geste, pour le coup, ne sont pas vraiment du meilleur goût. « Ce n’était vraiment pas du tout l’idée, mais, effectivement, c'est très, très maladroit de notre part. » Et le libraire d’asurer que la photo concernée disparaîtra rapidement, au profit d'une autre moins problématique.

 


Pour approfondir

Editeur : Ateliers Henry Dougier
Genre : histoire autres...
Total pages : 144
Traducteur :
ISBN : 9791093594156

Les Brésiliens

de Marie Naudascher

Bienvenue au pays des superlatifs. Au Brésil, tout est o maior do mundo, « le plus grand du monde ». C'est « le plus grand pays catholique du monde », le « plus grand carnaval du monde », le « plus grand stade de football du monde »… Et bien sûr « Dieu est Brésilien ». Mais si l'on va au-delà de ces quelques clichés, qu'est ce qui rassemble les Brésiliens? Dans les mégalopoles, les habitants des favelas, peinent encore à se comprendre. Si la violence affecte principalement les jeunes Noirs des périphéries et des favelas − affichant un taux de 29 homicides pour 100 000 habitants − comment le Brésil, où se côtoient Noirs, Indiens, métis et Blancs peut-il être si divers et si raciste à la fois? 7e puissance mondiale, leader économoqie du cône sud, grenier du monde, pays de la biodiversité, le Brésil est aujourd'hui un pays « émergé ». Un voyage humain, coloré et rythmé.

J'achète ce livre grand format à 12 €

J'achète ce livre numérique à 4.99 €