Boris Pasternak, poète et romancier russe adjugé à 77.500 $

Orianne Vialo - 13.04.2016

Edition - Société - Boris Pasternak - Le Docteur Jivago - vente aux enchères maison Bonhams


Un manuscrit du poète et romancier russe, Boris Pasternak, connu pour avoir écrit 13 romans et recueils de poésie, a été vendu aux enchères à 77.500 $ (soit un peu plus de 67.000 €) par la maison Bonhams le lundi 11 avril, à New York. Selon l’AFP, il s’agissait d’un document comprenant 13 pages recto verso de notes de travail de l’écrivain, portant sur les troisièmes et quatrièmes chapitres de son œuvre Le Docteur Jivago, ainsi qu’un poème adressé à Olga Ivinskaïa, qui lui a inspiré le personnage de Lara dans son roman.

 

 

 

Écrites à l’encre violette, ces notes de travail encore emballées dans leurs enveloppes roses sont annotées de la main de l’auteur : « Olga s’il te plaît, conserve ces notes. Boris Pasternak 7 mai 1956. » (via Bonhams)

 

Sur les brouillons du troisième chapitre de son ouvrage, l’écrivain mentionne les relations troubles de Lara et Pasha, les personnages de son histoire ; tandis que le quatrième chapitre est quant à lui dédié à un bref aperçu de leur mariage et de leur départ pour l’Oural. 

 

Certains passages des vers adressés à la muse de Boris Pasternak, autre document soumis à la vente, ont d’ailleurs été retenus dans la version finale du « Docteur Jivago ». 

 

Voici la version anglaise traduite du russe, par Andrey Kneller :

 

We'll sit at one. By three, we'll rise,

I--with my book, you--with the sewing.

There won't be time to realize

How we stop kissing in the morning.

The leaves, spontaneous and vast,

Will rustle, gliding though the air

To fill the cup of sorrows passed

Once more, with present day despair ... 

 

Lors de cette vente exceptionnelle, 24 autres lots ont été cédés à des montants supérieurs au document signé de la main de l’auteur. L’on peut, entre autres, citer un manuscrit de 48 pages de l’écrivain britannique Conan Doyle, adjugé à 269.000 $.

 

Après des études de philosophie en Allemagne, Boris Pasternak publie son premier recueil de poésies Un jumeau dans les nuages, en 1914. Cependant, il faudra attendre la publication du recueil Ma sœur la vie (1917) pour que l’auteur se fasse connaître du public. 

Le Docteur Jivago : un ouvrage controversé

 

La consécration ultime arrive lors de la publication de sa saga Le Docteur Jivago. Dans son œuvre, l’auteur évoque le passage de l’Empire russe à l’Union des républiques socialistes soviétiques ; mais aussi la guerre civile russe, qui martyrise profondément la population.

 

 

 

C’est d’ailleurs la publication clandestine de ce récit — l’un des romans les plus controversés du XXe siècle — aux Éditions Feltrinelli, en 1957 en Italie qui va motiver la décision de l’Académie suédoise de lui accorder le prix Nobel à Pasternak, le 23 octobre 1958 — année même où Gallimard édite le livre de l’écrivain. Prix qu’il doit finalement refuser, sous la pression des autorités soviétiques, qui considèrent l’auteur comme un agent de l’Occident capitaliste, anticommuniste et anti-patriotique. L’ouvrage était d’ailleurs interdit en URSS jusqu’en 1957.

 

Après sa traduction en anglais et sa publication aux États-Unis en 1958, le roman Le Docteur Jivago est rapidement considéré comme « l’œuvre littéraire la plus hérétique écrite par un auteur soviétique depuis la mort de Staline » par John Maury, le chef de la division soviétique de la CIA, à l’époque. 

 

Le journaliste et critique littéraire, Edmund Wilson, déclarait à l’époque dans le journal The New Yorker qu’il s’agissait de « l’un des très grands livres de notre époque… et un grand acte de foi dans l’art et dans l’esprit humain ». 

 

En 1965, David Lean décide d’adapter Le Docteur Jivago sur grand écran, avec Omar Sharif et Julie Christie en têtes d’affiche.