Boualem Sansal, un coupable sans crime

Clément Solym - 13.06.2012

Edition - International - Boualem Sansal - Etat hébreu - Hamas


Le roman de Boualem Sansal avait été primé la semaine passée en recevant le prix du roman-news, chez Publicis. Rue Darwin, récompensé avec une dotation de 3000 €, est le sixième ouvrage du romancier, heureux de se retrouver au Drugstore Publicis, fin mai… 

 

Mais outre cette récompense, Boualem avait également remporté le du roman arabe, créé en 2008 par le conseil des ambassadeurs arabes en France. La cérémonie devait se dérouler le 6 juin dernier, mais un petit couac diplomatique s'est interposé. En effet, au cours du mois de mai, Boualem Sansal s'était rendu en Israël, répondant à une invitation de l'État hébreu… particulièrement mal vue. 

 

Au point que le Hamas, très sensible lorsque l'on parle de la question des voisins israéliens, avait considéré l'auteur comme un traître. Pour le Hamas, ce geste était un « crime contre un million et demi de martyrs algériens qui ont sacrifié leurs vies pour la liberté de l'Algérie sous l'occupation française ». Et en agissant de la sorte, le romancier aurait, aux dires du Hamas, légitimé les « crimes de l'occupation contre le peuple palestinien ».

 

Rue Darwin

Retrouver ce livre,

dans notre librairie

avec Decitre`

Autre petit souci, le prix est financé par les membres des pays arabes en question. Et pour ces derniers, le voyage de Boualem Sansal pose un petit problème, au point que le prix, qui devait le récompenser… avait tout simplement décidé de ne pas l'inviter. 

 

Olivier Poivre d'Arvor, membre du jury, a publié dans Libération une lettre mettant à jour les problèmes que rencontre le prix.

 

« Mais, il y a quelques jours, les membres du jury recevaient un étrange message déprogrammant cette cérémonie en “raison des événements actuels dans le monde arabe” et nous proposant le 12 juin une nouvelle réunion en présence de l'ambassadrice de Jordanie et de l'ambassadeur de la Ligue des États arabes à Paris. Par un simple mail, Boualem Sansal se trouvait ‘désinvité'. »

 

Ça, c'est ce que l'on peut lire officiellement...

 

« Tout cela cache une vérité sordide. Entre l'attribution et la remise de notre prix, Boualem Sansal s'est rendu en Israël à l'invitation du Festival international des écrivains de Jérusalem. Le Hamas a aussitôt rédigé de Gaza un communiqué assimilant sa présence à un acte de trahison contre les Palestiniens. D'où la réaction du conseil des ambassadeurs arabes, mécène de ce prix. »

 

Et la suite est néfaste : Boualem Sansal, écrivain certes algérien, qui ne revendique pas d'appartenance particulière, se voit donc taxé d'avoir pactisé avec l'ennemi israélien, en ayant simplement accepté une invitation. 

 

Des pressions suffisamment fortes pour inquiéter les mécènes de ce prix, commente OPdA, qui auront eu simplement peur de représailles, et préféré faire demi-tour… Une prochaine réunion doit se dérouler le 12 juin, et les organisateurs du prix devraient s'exprimer sur le sujet. 




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.