Bouche à oreille : les critiques d'internautes sur les sites d'éditeurs

Nicolas Gary - 25.09.2013

Edition - Les maisons - critiques de livres - Babelio - réseau social


Dans une étude datant de décembre 2012, le réseau social du livre, Babelio, avait montré que pour sa communauté d'usagers, le bouche à oreille représentait 79,3 % des lectures. En somme, tout en profitant des recommandations découvertes sur le site, les lecteurs s'y montraient très sensibles, avec le déclenchement d'un achat. 

 

 

 

 

Il est vrai qu'en naviguant sur certains sites de maison, on comprend qu'internet ne fasse pas encore partie ni des habitudes, ni des perspectives. Or, la seule chose qui les différencie encore de librairies en ligne, c'est l'absence de boutons de vente, avec un clinquant Ajouter au Panier. Cela viendra, mais en attendant, les sites sont souvent assez secs en informations. 

 

À ce jour, deux outils reposant sur un principe de prescription ont été mis en place par Babelio : un bouton social qui renvoie à la fiche du livre sur le réseau, et qui est intégré aux côtés des traditionnels boutons de partage Facebook ou Twitter. Cette fois, il s'agit moins de partager un contenu que d'accéder à des contenus supplémentaires sur l'oeuvre. 

 

Et pour rester dans cette approche de conseil et de partage, le site annonce la création d'un webservice à destination des éditeurs, et permettant l'enrichissement des sites internet. Fort de près de 400.000 chroniques d'ouvrages, le réseau social ouvre ce nouveau service gracieusement, à toute maison d'édition. 

 

Le principe reste simple : enrichir la fiche de présentation d'un ouvrage, sur le site de l'éditeur et directement avec des extraits des chroniques des utilisateurs. « Pour une maison, c'est un outil simple d'intégration, avec des paramètres XML à sélectionner, comme le choix de la date de parution de la chronique, ou encore la possibilité de n'afficher que les critiques positives, avec la création automatique de liens », explique Pierre Fremaux, cofondateur du réseau.

 

Aujourd'hui, les maisons du groupe Bragelonne ainsi que la maison Pandore, ont recours à cet outil d'enrichissement, un moyen simple « d'arriver pour les éditeurs à disposer de contenus originaux sur leur site », précise Pierre Frémaux. Concrètement, l'outil est plutôt intéressant et peut compléter la publication de revues de presse, tout en donnant accès à des critiques réalisées par de réels lecteurs - et non par la presse spécialisée.

 

On peut en retrouver un exemple à cette adresse. À ce jour, Babelio compte 108.000 utilisateurs et recense près de 520.000 ouvrages.