Boycotter Amazon en période de coronavirus, pour soutenir les librairies ?

Victor De Sepausy - 24.03.2020

Edition - Librairies - librairies ouverture COVID19 - coronavirus édition - boycott Amazon coronavirus


Ce 22 mars, quelque 60.000 médecins hospitaliers s’adressaient au président de la République, demandant un respect plus strict des mesures. « Nous aider, c’est respecter strictement le confinement », indiquaient-ils, appelant le chef de l’État à intervenir. Rouvrir les librairies, dans ces conditions, serait un impératif ? 

Amazon
simone.brunozzi, CC BY SA 2.0

 
Pas question de faire prendre de risques sanitaires, clame avec force un collectif d’écrivains, éditeurs, et syndicats. Mais moins encore de laisser libre cours à Amazon. « Nous voulons dire à Bruno Le Maire : il ne faut pas rouvrir les librairies, mais soutenir à toute force le secteur du livre contre cette concurrence monstrueuse (d’Amazon) qui côtoie l’indignité », indique une tribune publiée sur Mediapart.

Si le confinement est la norme, alors elle est valable pour chacun déplorent-ils, dénonçant les propos de la ministre du Travail, Muriel Pénicaud. Cette dernière était en effet « scandalisée » que la Confédération de l’artisanat et des petites entreprises du bâtiment (Capeb) demande que les chantiers non urgents soient arrêtés. (voir Libération)

Dans le texte signé par un nombre considérable d’éditeurs indépendants (depuis La Découverte en passant par Cambourakis, Rue de l’échiquier ou Anacharsis, etc.), d’auteurs et d’intellectuels, c’est tout bonnement un boycott d’Amazon.

« Nous aimons les livres. Et nous aimons les libraires : leur accueil, leur savoir, leurs partages enthousiasmants. Elles et ils nous manquent, évidemment. La joie ne sera que plus grande de les retrouver quand l’épidémie sera vaincue. Notre solidarité envers les librairies et les maisons d’édition sera alors sans faille : elles en auront bien besoin », indiquent-ils.
 
Mais voilà, la machine terrible que peut être Amazon mettrait « en danger » la santé des salariés, tout en tournant « à plein régime ». Et les signataires d’interpeller le ministre de l’Économie : les cinq millions que doit débloquer le CNL seront insuffisants (NDLR : selon nos informations, ce fonds d’urgence devrait être suivi d’une aide de Bercy, encore indéfinie). 

Et de donner matière à réfléchir, en prenant « l’entreprise Total, dont les profits s’engrangent chaque année à hauteur de 4 milliards environ et dont le PDG touche à lui seul entre 3 et 4 millions, empoche près de 30 millions grâce au fameux CICE ». Le fameux Crédit d'impôt pour la compétitivité et l'emploi. Ou ce prochain porte-avions qui doit coûter 5 milliards € à l'État...

Lectrices, lecteurs, les signataires assurent qu’ils aideront de tous leurs moyens les libraires et les maisons, « par le boycott de mastodontes comme Amazon, par les précommandes, par nos retours heureux en librairie après l’épidémie ». Pour autant, ils sont conscients que cette « solidarité élémentaire ne suffira pas ». 

En effet, il revient « aux pouvoirs publics de prendre des responsabilités à la hauteur de la crise et de faire des choix dignes. Toutes et tous, nous sommes en droit non pas seulement de l’espérer, mais de l’exiger ».

Une autre option, suggérée par les éditions Parole, serait de demander à Amazon de prendre un « gros pourcentage reversé sur chaque livre vendu durant toute la période d’impact de la crise sanitaire et des mesures de confinement ». Et ce pour abonder un fonds de solidarité et le rendre plus significatif, justement pour aider les librairies indépendantes, entre autres.



voir Le Parisien pour la tribune des médecins
 


Commentaires
Ou alors, on devient raisonnable, on arrête de ne penser qu'à soi et son petit confort, on accepte que commander des livres expose des gens dont certains n'ont rien demandé à personne (en particulier votre livreur, réquisitionné et qui rapporte plein de risques à sa petite famille) et on arrête de commander des bouquins, on fait avec ce qu'on a chez soi, et avec les ressources numériques qui nous sont mises à disposition !
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.