medias

BPI, BnF : les bibliothèques dans “un mouvement de grève générale illimitée”

Cécile Mazin - 09.12.2019

Edition - Bibliothèques - BPI grève retraite - réforme retraites France - société solidaire


Le mouvement de grève qui s’est installé en France depuis ce 5 décembre se prolonge dans toutes les ramifications de la société. L’industrie du livre n’est pas en reste, alors que les établissements publics ont rapidement emboîté le pas à la grogne contre la réforme des retraites. Édouard Philippe, le Premier ministre, se montre déterminé : en face, les grévistes le semblent tout autant.


crédit CGT
 


La BnF avait été parmi les premiers établissements à voter lors d’une assemblée générale le mouvement de grève. Votée pour les 5, 6 et 7 décembre, elle a été reconduite ce lundi 9, pour deux jours encore — les 11 et 12 décembre. Près de 150 personnes présentes pour cette AG du personnel, revendique la CGT, autant qu’au début du mouvement. 
 
 

Du côté de la BPI, c’est avec un communiqué cinglant que les syndicats FSU et CGT affichent leur détermination. Et ce, assurent-ils, « jusqu’à l’abandon du projet de réforme des retraites, pour une société solidaire ». En grève également depuis le 5 décembre, les personnels de l’établissement n’avaient encore pas affiché la couleur médiatiquement.

Mais les termes sont forts : « En remplaçant le système de cotisations actuel, basé sur la solidarité intergénérationnelle, par un système par points, cette réforme va renforcer la précarité et nous obliger à travailler plus longtemps, mettant les jeunes générations au chômage. Avec la non-prise en compte des congés maternité, les femmes seront encore davantage fragilisées. »
 
Le service public, ici comme ailleurs, entend défendre « un accès à la culture de qualité pour toutes et tous ». De la sorte, une solidarité à l’égard des personnels hospitaliers, du corps enseignant, mais également des cheminots, des étudiants, et des autres catégories socio-professionnelles mobilisées est clairement mise en avant. 

Au cœur des contestations, les réformes que l’exécutif a mises en place, « qui dégradent de plus en plus nos conditions de travail et de vie. Dans le même temps, le gouvernement réprime tous les mouvements de contestation. Les gazages et les tirs au LBD sont devenus communs dans les manifestations. L’État investit dans le maintien de l’ordre, tandis qu’il opère des coupes budgétaires systématiques dans les autres services publics ».
 

Et de rappeler les grèves de 1995, qui, alors qu’Alain Juppé occupait Matignon, avaient alors paralysé le pays durant trois semaines. Les deux syndicats appellent ainsi à un « un mouvement de grève générale illimitée qui puisse faire plier le gouvernement ». Et les personnels de la BPI présentent une détermination farouche.
 


Commentaires
je soutiens France Inter même si beaucoup de chroniqueurs me "manquent" mais ils devraient faire une grève à part de la SNCF/RATP, ça trouble le message du coup on parle que des retraites et pas de la Culture (report de la Loi Audiovisuelle par ex) ni des Pompiers ou des Hôpitaux (mes parents étaient dans ces 2 métiers) il est grand temps de remettre des moyens dans le Service Public.
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.