Brésil : la Cour suprême condamne la censure d'un baiser gay

Antoine Oury - 10.09.2019

Edition - Justice - bresil cour supreme - bresil marvel gay - marvel bd gay


Le maire de Rio de Janeiro, Marcelo Crivella, n'avait pas trainé : après avoir été informé de la vente d'une bande dessinée Marvel dans laquelle deux super-héros s'embrassait, il avait envoyé la police inspecter les livres de la foire du livre pour y traquer des « contenus inappropriés ». La Cour suprême du pays vient de dénoncer cette décision, la jugeant contraire « au régime démocratique ».

Gay Pride Flag
(photo d'illustration, Kellie Parker, CC BY-NC-ND 2.0)


Alors que la foire du livre de Rio de Janeiro fermait ses portes, la Cour suprême brésilienne a pris position sur la polémique qui a agité l'événement. Le 5 septembre dernier, le maire de Rio, Marcelo Crivella, s'était exprimé sur les réseaux sociaux pour dénoncer ce qu'il qualifiait de « contenu sexuel pour mineurs », vendu sans avertissement au sein de la foire du livre.

Dans les faits, le livre à l'origine du message du maire n'était qu'une bande dessinée Marvel, dans laquelle deux super-héros, Wiccan et Hulkling, s'échangent un simple baiser. Le comic était proposé sous un film plastique, mais le maire de Rio s'offusquait de l'absence d'avertissement sur la couverture, qui contrevenait selon lui à la loi sur la protection de la jeunesse.

Les organisateurs de la foire ont rapidement réagi aux propos du maire, indiquant qu'ils refusaient d'imposer de quelconques règles aux exposants, dans le strict respect de la loi. Le 6 septembre, la police a donc investi la foire du livre pour réaliser des contrôles aléatoires de certains livres, espérant trouver d'autres « contenus sexuels pour mineurs » présentés de manière incorrecte.
 

Une négation des principes démocratiques


Cette descente de police, décidée par Crivella et ses adjoints, n'avait pas lieu d'être, vient d'indiquer la Cour suprême du Brésil. « La démocratie présuppose un environnement dans lequel les idées peuvent circuler librement », rappelle ainsi la plus haute juridiction du pays à l'intention de ceux qui auraient tendance à l'oublier.

Raquel Dodge, procureure générale du Brésil, avait demandé à la Cour suprême un avis clair et précis sur le sujet, pour éviter qu'une telle situation ne se reproduise, et définir si un maire a le droit ou non de mobiliser les forces de l'ordre au sein d'un événement semblable. Le président de la Cour, Dias Toffoli, a condamné l'attitude du maire de Rio.

José Celso de Mello Filho, le doyen de la Cour suprême, a lui aussi critiqué ouvertement la polémique provoquée par Crivella : « Sous le signe de la répression, qui tire sa force de l'obscurantisme qui domine les représentants de l'État, une nouvelle ère s'annonce, faite d'intolérance, de contrôle de la pensée, d'opposition au pluralisme et de négation des principes démocratiques », a-t-il déploré auprès du Folha de S. Paulo.
 
De nombreuses manifestations ont eu lieu, notamment lors de la descente de police, pour s'opposer aux mesures prônées par Crivella. Un célèbre YouTubeur, Felipe Neto, a même organisé une grande distribution gratuite de livres aux thématiques gays, ou évoquant des personnages gays.

via El Pais


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.