Brésil : le marché du livre sur l'année 2013

Clément Solym - 17.04.2014

Edition - Economie - marché du livre - Brésil - ouvrages imprimés


Avec 192 millions d'âmes, le Brésil est le cinquième plus gros pays au monde, en taille et population. Son marché du livre est estimé entre 2,2 et 2,7 milliards de rials - entre 710 et 867 millions €. Si l'alphabétisation progresse, la classe moyenne est en plein essor et les nombreux investissements du gouvernement, en faveur de la lecture, portent leurs fruits. 

 

 

Vuvuzela

André-Pierre, CC BY 2.0

 

 

Le pays est donc devenu le 10e à entrer dans le panel de marchés du livre observés par Nielsen. Le groupe d'analyse Nielsen ne dispose d'un outil d'analyse sur les ventes de livres que depuis juillet 2013, et les premières données livrées ne concernent donc que le second semestre 2013. En moyenne, l'industrie du livre au Brésil vend près de 600.000 exemplaires, note le cabinet, qui propose plusieurs axes d'étude.

 

Ainsi, le marché se décompose entre la fiction adulte et la non fiction - 32 % respectivement en volume et 28 % et 29 % en valeur. Le marché de la jeunesse pèse pour 19 % en volume et 16 % en valeur. Mais ces données ne couvrent que les ventes d'ouvrages imprimés. 

 

Si sur le marché local, les titres ne seront pas très évocateurs, les ouvrages traduits ne manqueront pas de rappeler quelque chose...

 

 

 

 

 

D'ici à l'année prochaine, de nouvelles données viendront compléter ces premiers éléments. Avec une économie qui place le Brésil à la 6e place mondiale en fonction du produit intérieur brut, le territoire semble très prometteur. L'an passé, Nielsen avait fourni des données montrant qu'une hausse spectaculaire de 16 %, expliquée par un boom démographique était constatée. 

 

Récemment, le groupe éditorial Bertelsmann a investi 30 millions € dans le domaine éducatif. « Le secteur de l'éducation en tant que nouveau marché, et l'économie émergente du Brésil jouent  tous deux un rôle central dans la stratégie de croissance de Bertelsmann », expliquait Fernando Carro, responsable du Comité de direction en Amérique latine.