Brésil, romance et numérique : interroger le métier de traducteur

Cécile Mazin - 27.02.2015

Edition - Société - traducteurs rencontres - Salon livre Paris - thématiques métier


Le Salon du livre de Paris proposera, le 21 mars prochain, une journée pleinement dédiée à la traduction et ses problématiques. Les Rencontres de la Traduction veulent mettre « le métier de traducteur en lumière dans le vaste processus éditorial, littéraire, culturel et pédagogique ». 

 

 

 

 

Comment travaille un traducteur ? De quelle façon relève-t-il les défis lancés par les auteurs originaux les plus créatifs, voire les plus extravagants ? Comment participe-t-il activement à la diffusion de la littérature et de la culture du monde entier, en s'inscrivant dans l'ensemble du processus éditorial qui va de la découverte d'un ouvrage étranger jusqu'à sa promotion auprès du public national ? 

 

Les Rencontres de la Traduction abordent ces différents points dans une journée professionnelle. Comptant parmi les événements les plus attendus par la profession, elles feront cette année tout particulièrement écho aux thématiques du Salon : les littératures brésiliennes et polonaises, les écrits culinaires, le livre d'art, les récits d'aventure et de voyage, la bande dessinée, le manga et la jeunesse, les sciences humaines... 

 

Le programme sera le suivant

 

> 10h30 - 11h30 : Auteur, traducteur, éditeur : une chaîne créative 

Quel est le poids du secteur de la traduction dans l'édition en France ?

Comment évolue ce secteur ? 

La retraduction est-elle porteuse d'avenir ? Peut-on parler d'un nouveau marché ?

Quels rapports sont-entretenus avec les éditeurs ? Quelle valorisation pour les traducteurs ?


 > 11 h 30 — 12 h 30 : Traduction pragmatique, professionnelle ou technique

Le métier de traducteur littéraire et de traducteur technique : points communs ? Finalités ? Contraintes ?

Quelles sont les spécificités de la traduction « technique » ? 

Etats des lieux, réflexions et échanges d'expériences.

Avec Guillaume de Brébisson (dirigeant de l'agence de traduction Anyword), Nicolas Froeliger (codirecteur du master professionnel ILTS à l'Université Paris Diderot et auteur de Les Noces de l'analogique et du numérique – De la traduction pragmatique, Belles lettres, 2013) et Béatrice Propetto Marzi (traductrice technique indépendante, traductrice d'édition et interprète)

 

> 13h30 - 14h30 : Traduire à l'ère des nouvelles technologies

Quel est l'impact des nouvelles technologies sur le marché de la traduction ? 

Nouveaux outils et nouveaux logiciels de traduction automatique (Google Translate, Reverso Context…) : quelles évolutions et quel avenir pour le métier de traducteur ?

Le métier de traducteur n'est-il pas condamné à disparaître à moyen/long terme au profit du métier de post-éditeur ?

Avec Anne-Marie Robert (traductrice technique spécialisée dans les nouvelles technologies, la TAO, la post-édition et la localisation informatique et multimédia)

 

> 15h00 - 16h00 : Traduire la romance

Fifty shades of grey, Beautiful… Quelles sont les problématiques liées à la traduction de l'érotisme et de la romance ?

Désir, fantasme, plaisir… se traduisent-ils de la même manière selon les langues et les cultures ?

Quelles difficultés l'écriture de l'érotique pose-t-elle dans le passage des langues ?


> 16h00 - 17h00 : Traduire la littérature brésilienne

Géographie de la traduction : Etats des lieux des œuvres traduites dans le monde. Des échanges inégaux ?

Dans ce contexte, quelle est la place de la littérature brésilienne dans le monde ? En France ?

Exporter le patrimoine littéraire brésilien — Traduire des œuvres brésiliennes : quels enjeux et quelles opportunités pour le Brésil ? 

Avec Noémi Kopp-Tanaka (auteur, illustratrice et traductrice de quatre romans de Lygia Bojunga publiés par KANJIL en 2014) et Paula Anacaona (traductrice, éditrice chez Anacaona et activiste culturelle)



Cette journée se déroulera dans la Salle Nota Bene, sous réservation. Plus d'informations à cette adresse. Coût de la journée 90 € TTC.