Brexit : JK Rowling met David Cameron en garde quant au naufrage du navire

Orianne Vialo - 24.06.2016

Edition - International - JK Rowling Brexit - Brexit UK JK Rowling - Brexit référendum


Les auteurs le redoutaient : les Britanniques ont choisi de ne plus faire partie de l’Union européenne à l’issue du référendum voté ce jeudi 23 juin. Avec un taux de participation de 72,2 %, ce qui représente environ 30 millions de personnes qui se sont déplacées aux urnes, ils ont voté à 51,9 % en faveur d’une sortie du Royaume-Uni de l’UE. JK Rowling, quant à elle, s'était fermement engagée contre cette idée. La romancière s’est exprimée à maintes reprises lors de la campagne pour le Brexit, dit British Exit, sur Twitter ou bien sur son site internet. Ce matin, elle s’est de nouveau mise à la politique sur son réseau social favori. 

 

(Daniel Ogren / CC BY 2.0) 

 

Il y a moins de quatre jours, l’auteure de la saga Harry Potter avait fait savoir à la twittosphère sa prise de position sur la question du maintien ou de la sortie du Royaume-Uni dans l’UE en mentionnant un article qu’elle avait rédigé sur le sujet. Intitulé « Sur les monstres, les méchants et le référendum sur l’Union européenne », JK Rowling avait avancé que « ce pays se trouve actuellement dans l’une des campagnes politiques les plus controversées et amères jamais menées au sein de ses frontières. […] Ils [les responsables politiques en place, NdR] n’ont pas peur d’évoquer des monstres bien connus pour attiser nos peurs les plus profondes. Cela n’a rien de nouveau, bien sûr. Ils nous flattent avec des histoires concernant notre identité, ou ce que nous pourrions devenir ». 

 

De nombreux auteurs, à l’image de l’Irlandaise Anne Enright et de l’auteure de best-seller Kate Mosse avaient aussi fait savoir, dans une lettre ouverte publiée sur le journal du Telegraph, que sortir de l'UE serait une grossière erreur : « Du Barde [Shakespeare, NdR] à Bowie, la créativité britannique a inspiré le monde entier. Nous sommes convaincus que faire partie de l’Union européenne renforce notre rôle sur la scène mondiale. Ne nous enfermons pas dans le rôle de l’outsider se sentant pousser des ailes. » 

 

Cependant, ce matin, JK Rowling a mis David Cameron et son parti en garde contre une conséquence directe de cette sortie du Royaume-Uni de l’UE : 62 % des Écossais, soit 1,7 million d’électeurs locaux, ont voté en faveur du maintien dans l’UE, ce qui peut laisser présager que le pays pourrait demander son indépendance. Ironie du sort, le capitaine quitte aussi le navire. David Cameron a annoncé sa démission ce matin pour le mois de septembre, alors qu'il est à l'initiative du référendum de la sortie du Royaume-Uni de l'UE. (via CNN

 

 

 

Rappelons qu'en 2015, JK Rowling farouchement avait mené campagne pour que l'Écosse demeure dans le Royaume-Uni, car selon elle, la question de l'indépendance n'apporterait aucun avantage réel à l'Écosse. Elle avait même fait don d'un million de livres sterling pour soutenir la campagne du « non » à l'indépendance, intitulée Better Together. Le Brexit remet ce problème sur la table, alors que l'idée même pour l'Écosse de sortir du Royaume-Uni semblait être un lointain souvenir. 

 

Ce matin, l'auteure d'Harry Potter a également fait savoir qu’elle n’avait jamais autant voulu que la magie existe, comme une solution qui pourrait enrayer la situation actuelle. 

 

 

 

D'autres célébrités se sont exprimées, à l'image du producteur et animation de télévision britannique James Corden, qui s'est dit « désolé pour la jeunesse britannique », ou encore l'ex-Premier ministre de la Suède, Carl Bildt,  a comparé les taux de change de la livre sterling à la monnaie zimbabwéenne.