Brexit : les industries culturelles réclament un nouveau référendum

Clément Solym - 18.01.2019

Edition - International - Brexit Royaume Uni - industries culturelles Brexit - référendum Brexit Angleterre


Le Brexit continue de tétaniser les industries culturelles, outre-Manche. Au point que la Creative Industries Federation réclame un second référendum sur l’adhésion de la Grande-Bretagne à l’Union européenne. Tout plutôt que de voir les relations économiques s’effondrer sous le poids des contraintes liées aux frontières.

The Guardian view on Brexit: the government has failed – it’s time to go back to the people (Editorial)
Tiocfaidh ár lá 1916, CC BY ND 2.0
 

L’absence d’accord aurait des conséquences catastrophiques pour le secteur, assure la Creative Industries Federation, par la voix de son président, Alan Bishop. « Nous sommes maintenant au bord du précipice et il est impératif que nos partis politiques agissent en conséquence pour nous empêcher de nous effondrer si nous devions quitter l’UE. »

Dans un communiqué diffusé sur son site, l’organisation pointe les répercussions commerciales pour l’ensemble des industries culturelles. Ces dernières, peut-on lire, contribuent pour plus de 100 milliards £ en valeur ajoutée, et emploient 1 personne sur 11 dans le pays. 

« La libre circulation des biens, des services, des capitaux et des personnes sont à l'origine du succès du secteur et de ses capacités », poursuit le président, réclamant un nouveau vote.

Les industries créatives seraient vitales pour l’économie, et plus encore, pour la culture d’un territoire. « Elles jouent un rôle vital dans la vie de chaque personne résidant au Royaume-Uni et revêtent une importance irremplaçable pour que le Royaume-Uni soit considéré à travers le monde. »

La possibilité d’une absence d’accord avec l’Union serait qui plus est ruineuse. En effet, 21 % des entreprises envisageraient de passer tout ou une partie de leur activité à l’étranger... 40 % estiment qu’un « no deal » mettrait sérieusement en danger leur activité.
 
Début décembre, ce sont les auteurs britanniques qui faisaient part de leurs inquiétudes. « L’industrie de l’édition britannique apporte une contribution importante aux revenus des industries culturelles en général, avec un chiffre d’affaires de 5,7 milliards £ en 2017 », rappellait ainsi la Society of Authors.

La sortie de l’UE aura des conséquences parfois inattendues : les subventions européennes pour la traduction et l’édition de livres à travers le programme Creative Europe, par exemple, ne seront plus accessibles. La SoA demande au gouvernement britannique de négocier une participation maintenue au programme, ou de compenser la disparition de ces aides par le déblocage de budgets.


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.