Brisbane : les activistes d'Extinction Rebellion interdits de bibliothèques

Antoine Oury - 16.10.2019

Edition - Bibliothèques - Extinction Rebellion bibliotheque - Extinction Rebellion brisbane - Extinction Rebellion interdiction


Les bibliothèques ne sont plus tout à fait ouvertes à tous à Brisbane, en Australie : le conseil municipal de la ville a décidé l'interdiction d'accès aux activistes de l'organisation écologiste Extinction Rebellion. Ces derniers auraient utilisé des salles des établissements de la ville pour planifier des manifestations et autres opérations : après l'arrestation d'une centaine de militants la semaine dernière, le maire de la ville a décidé de sévir.

Rebellion Day: Brisbane
Manifestation d'Extinction Rebellion à Brisbane, en août 2019
(Larissa Waters, CC0 1.0)


Une mesure d'urgence a été mise en avant par le maire centre-droit de Brisbane, Adrian Schrinner, qui a évoqué les manifestations et opérations menées par Extinction Rebellion dans la ville, la semaine passée. Dans son argumentaire, le maire assure que les équipements municipaux, dont les bibliothèques, « ne peuvent être des lieux de rencontre pour les organisations qui défendent ou incite à des actions illégales ».

La motion du maire juge que « l'organisation Extinction Rebellion fait partie de cette catégorie et leur interdit ainsi de solliciter des lieux de réunions municipaux à l'avenir ». Le maire a qualifié les activistes présents dans les rues de « manifestants extrémistes », et assuré que de nombreuses personnes, à Brisbane, lui avaient signalé l'utilisation d'équipements municipaux par l'organisation écologiste.

Plusieurs conseillers municipaux, dans l'opposition, ont ouvertement critiqué la proposition du maire. Jared Cassidy l'a qualifié de « blague », tandis que Nicole Johnston a vu dans cette interdiction un moyen « de faire taire les groupes avec lesquels [la municipalité] n'est pas d'accord ».

Jonathan Sri, conseiller du parti écologiste australien, a souligné que la mesure du maire conduirait à l'impossibilité, pour toute organisation et tous les militants, d'utiliser des équipements municipaux pour se réunir. « Le principal problème, ici, est que le conseil se pose en arbitre des raisons pour lesquelles les gens peuvent se réunir, des sujets de leurs réunions, et de ce que l'on peut considérer comme une activité illégale. »
 
Les bibliothèques de Brisbane n'ont pas réagi officiellement, pour le moment, à la proposition du maire de la ville, pas plus que l'Australian Library and Information Association, l'association des bibliothèques australiennes, mais la volonté municipale pourrait se voir opposer un certain nombre d'arguments...

En effet, plusieurs textes de référence, qui encadrent l'activité des bibliothèques, font référence à des équipements ouverts à tous : « Les bibliothèques et les services d'information feront en sorte que les collections, les équipements et les services soient accessibles à l'ensemble de leurs utilisateurs. Aucune discrimination ne sera faite sous aucun prétexte, qu'il s'agisse de race, d'origine nationale ou ethnique, de genre ou de préférence sexuelle, d'âge, de handicap, de religion ou d'opinion », indique ainsi la Déclaration de Glasgow sur les bibliothèques, les services d'information et la liberté intellectuelle de la Fédération internationale des associations et institutions de bibliothèques (IFLA), proclamée en 2002.

via Books and Publishing, Brisbane Times


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.