Brive, privée de la librairie des Trois Épis, inaugure sa Foire

Nicolas Gary - 07.11.2014

Edition - Librairies - Brive-la-Gaillarde Foire - librairie généraliste Les Trois Épis - Patrick Hourquebie fermeture


Début décembre 2013, Patrick Hourquebie, propriétaire des Alice Mediastore d'Arcachon et du Cap-Ferret, se présentait comme candidat à la reprise de la librairie de Brive, Les Trois Épis. Ancien directeur général du Virgin Megastore, il avait fait ouvrir les établissements des Champs-Élysées et de Bordeaux. Il obtiendra bien l'établissement, mais la reprise de cette ancienne enseigne Chapitre n'a pas connu le parcours escompté.

 

 

Librairie Les Trois Epis de Brive

La librairie Les Trois Épis, à Brive (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Alors que la Foire du livre de Brive débute, certains passants s'arrêtent devant la vitrine de la librairie, et commentent une étrange affiche : Avis d'Expulsion. « Ça ne date pas de très longtemps. Il y avait déjà eu des problèmes avec les employés et cette histoire de loyers qu'il ne payait pas », nous rappelle une passante. Dans les faits, l'affaire a fait la Une de La Montagne, important quotidien local. Et pour cause.

L'homme d'affaires avait en effet bien obtenu la librairie, passant devant Albin Michel, parce qu'il garantissait qu'il ne procéderait à aucun licenciement, mais les salariés se montraient inquiets de ce qu'il adviendrait des lieux. Désireux de rendre à l'établissement un certain cachet, il voulait avant tout insuffler une nouvelle dynamique au lieu. Exeunt, donc, la partie disque et papeterie, pour se recentrer sur le livre, mais il n'aura pas fallu attendre longtemps pour que la situation s'envenime.

Les employés dégaineront en effet une lettre ouverte en mars dernier, contestant les méthodes du repreneur, et leurs conditions de travail. On parle de trajet en voiture, « pour aller chercher des livres en Gironde » ou encore des problèmes dans le règlement des salaires et l'obtention de fiches de paye, soulignait Lutte ouvrière. Un référé interviendra pour parvenir à une régularisation des salaires, mi-avril.

À ces questions sociales, s'ajoute alors une autre dimension : entre février et juin 2014, le nouveau propriétaire aurait oublié de payer le loyer de l'établissement. Contestant le fait qu'aucun bail réel n'ait été signé, le directeur de l'établissement garantissait que Chapitre avait également laissé des dettes de novembre à février. Et voici que Patrick Hourquebie est assigné par le tribunal de grande instance de Brive. (voir La Montagne)

 

La procédure est déclenchée, et une première condamnation intervient début juillet : la justice condamne le libraire à quitter l'établissement sous 30 jours. Le montant de la facture impayée s'élevait à plus de 24.000 € (loyers du 11 février au 1er mai), auxquels s'ajoutaient des frais d'occupation mensuels de 10.000 €. Le propriétaire fera appel, mais le bailleur et propriétaire des murs, Yannick Gazeau, faisait savoir par la voix de son avocat que les biens seraient saisis, si le propriétaire refusait de payer.

Maxime Bournazel, directeur de l'établissement, avait assuré mi-juin : « Ce n'est pas qu'on ne peut pas payer, c'est qu'on ne veut pas. Parce que nous n'avons pas reçu de bail en bonne et due forme », évoquant un bail « pas valable ». 

 

 

Librairie Les Trois Epis de Brive

Avis d'expulsion à la librairie Les Trois Épis (ActuaLitté, CC BY SA 2.0)

 

 

Un refus qui vaudra certainement la condamnation définitive, intervenue en juillet, bien que l'intéressé ne semble pas s'en être trop préoccupé. Selon lui, le bail réclamé était trop élevé. « Il faut que le loyer soit adapté au niveau d'une librairie de Brive. Et des locaux commerciaux libres à Brive, il y en a malheureusement beaucoup ! Et nous avons beaucoup de propositions. Je ne veux pas plomber la librairie à cause d'un loyer trop élevé. Brive en 2014, c'est pas les Champs-Élysées », expliquait-il à La Montagne.

 

La situation va se dégrader, jusqu'à ce qu'intervienne un avis d'expulsion, signé le 20 octobre, laquelle avait commencé mi-août. Maître Didier Decemme, huissier de justice, a été contacté par ActuaLitté pour nous apporter quelques précisions. À ce jour, la société de M. Hourquebie dispose d'un délai légal d'un mois, à compter de la date de l'avis d'expulsion, pour déménager, « à ses frais », rappelle-t-il.

« Au jour de l'expulsion, les montants dus par la société étaient importants. Nous avions pris soin de procéder à cette expulsion le jour de fermeture traditionnel de la librairie, afin de ne prendre aucun risque, d'éviter les échauffourées ou toute confrontation. »

Après un inventaire de 13 heures, le local a donc été définitivement fermé. Mais aujourd'hui, « nous ne savons pas quelles sont les intentions du propriétaire. Son désaccord sur le loyer, avec le gérant de la SCI qui possède les murs, a abouti à des loyers impayés, mais à ce jour, nous devons attendre la fin du délai légal. »

En attendant, les marchandises ont été inventoriées, donc, et restent séquestrées dans les lieux. « Nous ne savons pas, à date, si l'ensemble des marchandises appartient à la société de M. Hourquebie, ou s'il y a des livres appartenant à des grossistes qui n'ont pas été payés, des marchandises placées en dépôt-vente qui sont revendicables. »

Un éditeur a même sollicité l'huissier. « En vain : nous ne pouvons rien faire. Pour retrouver les livres, il faut soit lancer une procédure pour non-paiement de facture, si tel est le cas, ou tenter un autre recours. » Nous ne sommes pour le moment pas parvenus à joindre M. Hourquebie.

Brive ne dispose en tout cas plus de librairie généraliste depuis la fermeture des Trois Épis.