BROUHAHA des bibliothèques silencieuses : la philo avec Roger-Pol Droit

Cécile Mazin - 03.04.2013

Edition - Les maisons - philosophie - Roger-Pol Droit - bibliothèques


Pour offrir aux lecteurs une petite tranche de philosophie, ActuaLitté, avec Babelio et les éditions Seuil offrent toute la semaine des extraits et des citations tirées du livre de Roger-Pol Droit, Ma Philo perso. L'ouvrage est paru début mars, avec 512 pages de réflexions, courtes ou longues, pour « refuser les généralités ». Aujourd'hui, inauguration avec Bonne humeur malgré tout, chez Schopenhauer

 

 

 

 

 

BROUHAHA des bibliothèques silencieuses

 

Les textes dont nous avons besoin, les voilà sur la table, sur l'écran ou sur l'imprimante, en trois fois rien de temps. Situation sans commune mesure avec le dénuement du pri- sonnier, pour qui tout est compliqué, entravé, morcelé par l'éloignement et l'administration.

 

Quelque chose, pourtant, est semblable : nous rêvons tous les textes autant que nous les lisons. Nous en avons une mémoire aléatoire, déformante, légendaire. Nous faisons confiance à une multitude de signes et de relais avec tant de candeur que nous ne les apercevons même plus.

 

 

Sur quoi repose, par exemple, votre conviction que tel ouvrage vaut d'être acquis, emmené en vacances, lu au calme, avec l'attention requise ? Sur quelles conversations, quels articles de journaux ? Sur quelle série de brèves remarques, de petites observations ? Ou bien : pourquoi êtes-vous toujours persuadé que ce livre-là, dévoré il y a tant d'années déjà, est encore l'un de vos préférés? Ou encore: depuis quand, en fait, n'avez-vous pas ouvert vos livres de chevet ?

 

Quand les documents sont physiquement inaccessibles, quand il faut compenser le vide par une myriade de souvenirs, de notes, de projets, cette bibliothèque transparente devient visible. On discerne alors à quel point les livres ne vont pas seuls, nus et bruts, s'aligner sur des étagères. Ils sont escortés de voix ténues, de rumeurs à bas bruit, de jugements imperceptibles qui les relient autrement que les fils et la colle. Ils sont tissés de lumières et d'émotions, chargés de combats secrets ou de joies sans motif.

 

Toujours, faite d'espoir ou d'appréhension, de désir ou de devoir, une minime nuée les entoure. La plupart du temps, nul ne prête attention à ce discret halo.