Brûler les livres de Rowling, opposée à l'indépendance de l'Écosse ?

Cécile Mazin - 11.05.2015

Edition - International - JK Rowling Ecosse - indépendance réferendum - Clash twitter


Multimillionnaire, certes, mais pour autant pas à l'abri des attaques qui lui reprochent ses prises de position contre l'indépendance de l'Écosse. JK Rowling, toujours sur le devant de la scène, a fait sensation en répondant du tac au tac aux reproches qu'on lui faisait. C'est que la romancière avait versé 1 million £ pour la campagne en faveur du Non à l'indépendance.

 

 

Ecosse indépendance troll Twitter Rowling

Moyan Brenn, CC BY SA 2.0

 

 

Ayant dépensé son argent personnel pour soutenir le mouvement politique opposé à ce que le pays des Highlands, Rowling s'est littéralement fait agresser sur Twitter. « Traître à l'Écosse », ou encore « racaille au service de Blair », les noms d'oiseaux n'ont pas manqué. Bien évidemment, les messages de soutien à l'auteure n'ont pas tardé, mais c'est quand elle a pris la parole que JK a mis tout le monde d'accord.

 

C'est qu'un joyeux plaisantin bien agité venait d'affirmer que l'argent de Rowling ne devrait servir qu'à la promotion des intérêts du pays. « C'est tellement vrai. Quand je travaillais dans un bureau, je me suis toujours assurée que mon patron valide mes dépenses. »

 

Et le larron de poursuivre en proposant littéralement proposé de brûler les livres de JK en place publique, pour dénoncer sa position anti-indépendance. La réponse est fulgurante : 

 


Brûler des livres ! J'apporte les marshmallows. 

En soutien, des fans l'ont également invitée à leur rendre visite, partout dans le monde. Et pour plaisanter, JK affirme qu'elle a été « invitée à déménager en France, en Irlande et au Brésil ! » Et cerise sur le gâteau, elle assure : « Je dois être honnête : si je quitte l'Écosse, le climat est quelque chose que je ne voudrais probablement pas reproduire en premier. »

 

En plein cœur du referendum, Rowling avait connu les mêmes problèmes. Parmi les messages les plus sympathiques adressés à Rowling, celui de Dignity Project, organisation œuvrant pour l'éducation des enfants en Afrique.

Quelle pute, alors que nous lui avions offert un hébergement dans notre ville, alors qu'elle était mère célibataire

Une enquête avait été diligentée après ce message joyeusement haineux, à présent supprimé. L'association avait pour sa part juré que le compte avait été piraté. « Nous ne sommes responsables d'aucun des tweets qui ont été envoyés. En tant qu'association, nous ne prenons pas de position politique et nous estimons que les gens sont libres de donner à qui ils veulent. »