Cacophonie à Rennes : des milliers de livres à la déchetterie

Clément Solym - 20.06.2009

Edition - Bibliothèques - cacophonie - Rennes - milliers


L'erreur est humaine et celle-ci a définitivement quelque chose de grotesque en plus de l'humain : c'est à Rennes que se déroule la scène. Plusieurs bibliothèques ont fait un nettoyage de printemps et 4000 livres ont atterri dans une benne à ordure avec pour destination finale... la déchetterie de la plaine de Baud, rapporte Ouest France.


Là où le couac devient sinistre, c'est que l'adjoint de la mairie avoue une erreur : « Ces livres se trouvaient dans la réserve de la bibliothèque de la Borderie dont une partie des locaux doit être cédée, le 3 juillet prochain, à l’université de Rennes 1. Les équipes ont donc eu un délai très court pour déplacer les livres et trier ceux qui devaient être conservés, donnés et jetés. Une partie des livres qui étaient destinés à être donnés s’est retrouvée dans la benne. »

4000 livres triés, destinés... à être détruits

« Les 4 000 livres avaient été préalablement triés. Ils étaient destinés à la destruction. Devant la masse de documents à traiter et les délais raccourcis, il est possible qu’il y ait eu des erreurs d’aiguillage. Nous allons donc procéder à une nouvelle vérification », précise Marine Bedel, directrice des bibliothèques.

Bon... Du côté des habitants, on hésite entre l'ire de la chasse au trésor - ceux qui ont déjà décidé de revendre leur butin - et la colère de constater un tel gâchis. Une braderie ou toute autre action tentant de générer un peu d'argent aurait été encouragée.

Mais pas selon le conseiller municipal, Alain Coquart : « Il s'agit de livres retirés des rayons des bibliothèques de Rennes parce qu'ils sont abîmés, ne sont plus demandés ou ne présentent plus d'intérêt. Une partie a été donnée à des associations et l'autre destinée à être détruit. On ne peut pas donner n'importe quoi. »

Pas le goût du recyclage ou peur du coût ?

Détruire, car sûrement pas recyclables, parce que « les code-barres et plastiques recouvrant les livres obligeraient à les désosser », ajoute Mme Bedel.

Renseignements pris auprès d'un expert, ce dernier nous précise que le recyclage est toujours possible : « On arrive bien à recycler des briques de lait qui contiennent de l'aluminium, des ouvertures en plastiques et un film plastique même... Alors des livres. Bien sûr tout dépend du papier, mais c'est surtout pour définir vers quels endroits les acheminer. »

Ou alors les coûts de recyclage sont-ils trop importants et la mairie aura préféré la déchetterie, solution plus expéditive et moins dipsendieuse...

On pourra consulter la vidéo de cette cacophonie, à cette adresse.