Calédonie : le prix du livre reste très élevé

Clément Solym - 13.07.2010

Edition - Société - Calédonie - prix - livres


Le prix des livres dans l’archipel calédonien n’est pas soumis à un tarif unique. Ainsi, en se promenant d’une librairie à l’autre, on découvre des écarts plutôt surprenant par leur importance. Quand on interroge les libraires, ils avancent chacun leurs raisons pour justifier les prix pratiqués.

Par rapport à la Métropole, les livres sont vendus déjà en moyenne 50 à 75 % plus cher, ce qui rend cet objet peu abordable. Cette variation des prix viendrait en premier lieu du coût du transport, qui s’effectue tantôt par avion ou par bateau selon la nature des commandes passées et la nécessité ou non de recourir à des délais de livraison rapides.

Mais on retrouve également un autre problème, celui des invendus. En métropole, ils sont renvoyés à l’éditeur. Sur l’archipel, les choses sont moins évidentes. Avec un coût de transport très élevé pour renvoyer la marchandise, certains invendus restent en boutique.


Pourtant les éditeurs proposent déjà un mécanisme simple : il suffit de déchirer la première de couverture des invendues et de ne renvoyer que ces dernières afin de gagner sur le coût du retour.

Le marché du livre se trouve normalement avantagé par l’inexistence de taxe à l’entrée de ce type de marchandise dans l’archipel. Quant à la littérature locale, elle est aussi, souvent proposée à un prix prohibitif du fait d’un lectorat réduit et donc de tirages limités.

Cette situation avantage nettement depuis déjà quelques années le marché de la vente en ligne. En effet, le géant américain Amazon propose des prix tout à fait concurrentiels. Ainsi, le coût du transport que facture le site équivaut simplement à un France-Belgique…Résultat, les internautes s’y retrouvent vite et ce au grand détriment des librairies locales…