Calgary : Les portes de la bibliothèque universitaire restent closes

Clément Solym - 11.03.2011

Edition - Bibliothèques - bibliothèque - université - calgary


Les étudiants de l’université de Calgary (Canada) font fasse à des problèmes techniques dans la bibliothèque universitaire, à peine un mois avant les examens finaux.

La bibliothèque, ultra moderne et spécialisée dans les technologies digitales, devait être dotée de terminaux vidéo et de casques en libres services pour écouter des enregistrements ainsi que de nombreux appareils derniers cri pour faciliter les recherches. Elle devait ouvrir la semaine prochaine, mais la forte présence d’humidité et de froid dus à un problème de conception contraignent à une révision globale du système de chauffage, ce qui retarde l’ouverture.

Seuls deux étages sur six sont actuellement accessibles aux étudiants, et la situation risque de demeurer inchangée jusqu’à la fin de l’été.


Une partie des livres est retournée à l’ancienne bibliothèque, tandis que l’autre a été déplacée dans un entrepôt permettant de meilleures conditions de stockage. Le problème de ces déplacements, c’est que les livres sont non seulement éloignés, mais qui plus est, dispersés ce qui engendre des complications systématiques pour répondre aux demandes des étudiants.

« Il faut les commander et attendre des jours avant qu’ils n’arrivent, se plaint Lauren Webber, présidente de l’association des étudiants de l’Université de Calgary, C’est une telle pression, à cette période stressante de l’année. Ça ne rend vraiment pas les choses plus faciles. »


Si, de son côté, elle affirme que certains étudiants ont du attendre jusqu’à une semaine pour obtenir leurs ouvrages, cela va à l’encontre des dires de Tom Hickerson, le bibliothécaire et vice-recteur de l’université qui prétend que 90 % des livres sont disponibles en moins de deux heures. Faute de ne pouvoir ouvrir avant les examens, l’équipe de la bibliothèque redouble d’efforts pour que les étudiants puissent travailler dans des conditions optimales, a-t-il expliqué au Calgary Herald.