Californie : de la bibliothèque au cybercafé, sans café

Clément Solym - 26.03.2011

Edition - Bibliothèques - supprimer - livres - demande


Dématérialiser les bibliothèques devient une solution envisagée pour sauvegarder les oeuvres, autant qu'économiser les ressources. En Californie, la ville de Newport Beach envisage de fermer sa succursale de Balboa. Motif ? L'utilisation faite de l'établissement.

C'est que, la plupart des visiteurs de la bibliothèque viennent pour se servir des ordinateurs ou étudier et plancher sur leurs examens. Et rarement pour emprunter des ouvrages. Bilan des courses, les autorités sont sérieusement en train de se demander si la solution ne passerait pas par une disparition complète des livres - et des bibliothécaires - pour s'adapter à cette nouvelle utilisation, et surtout économiser de jolies sommes.

Tout en offrant les services réclamés par les utilisateurs.


La ville tentant de parvenir à maintenir ses budgets, les dépenses liées à la bibliothèque seraient réduites très largement. Ainsi, l'établissement déménagerait, en abandonnant l'ensemble de son fonds, soit 35.000 oeuvres, livres, DVD, et autres, pour devenir une bibliothèque numérique à part entière.

Plus concrètement, on parle presque de cybercafé. Et l'emprunt des oeuvres se ferait sous la version numérique exclusivement. Un outil de réservation des oeuvres directement en ligne est en cours de réflexion. Une alternative à ce tout numérique consisterait à permettre d'emprunter malgré tout des livres physiques, après réservation, à retirer dans un casier en dehors de ce nouvel établissement.

Et c'est avec un outil logiciel type Skype que le système de réservation numérique serait mis en place. Par le biais de la vidéo, un bibliothécaire virtuel s'afficherait sur l'écran pour conseiller tout de même les utilisateurs. Selon la directrice de la bibliothèque, Cynthia Cowell, l'utilisation de la bibliothèque numérique prend de l'ampleur auprès des usagers, bien que l'expérience sensorielle reste très importante pour un grand nombre d'entre eux. De là l'idée de maintenir le prêt de livres papier, mais dans d'autres conditions.

Le défi était de faire coïncider les ressources disponibles avec la demande effective. Et ne plus laisser les livres à l'abandon, ou au plaisir du regard qui les parcourt, rêveur... (via Daily Pilote)



Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.