Cambodge : manque de livres et paresse, obstacles à la lecture

Clément Solym - 13.05.2008

Edition - Bibliothèques - Cambodge - lecture - bibliothèque


Inaugurée hier matin par le chef du gouvernement cambodgien, la nouvelle bibliothèque est située dans l'enceinte du lycée Boueng Trabk, non loin de l'université royale de Droits et de Sciences éco. Avec 1 million de dollars américains de coût, elle disposera de 100.0000 ouvrages à terme, bien que seul un dixième de ce chiffre est pour le moment accessible.

Hun Sen, premier ministre de la République populaire du Kampuchéa, depuis 1985 a ainsi invité à « la donation des livres de toutes parts », pour combler les vides des rayons. Car le territoire se trouve actuellement en déficit de livres traduits en khmer, tout particulièrement. Mais avec cette innovation, c'est une troisième bibliothèque qui s'ajoute à Phnom Penh.

Pourtant, Rong Chhun, qui préside l'Association des enseignants indépendants du Cambodge ne se satisfait pas de cette situation, bien qu'un quatrième site soit prévu, aux dires de Hun Sen. « Le nombre de bibliothèques ne répond pas aux besoins des lecteurs. Par ailleurs, nous manquons de documents », constate-t-il.

Mais un autre point intervient : la lecture, qui n'est pas une activité prisée par ses compatriotes. Pour le professeur, « la paresse et la pauvreté » sont les principaux obstacles, car « seuls entre 5 et 10% des Cambodgiens aiment lire ».

Dernièrement, c'était à Malte que l'on tirait la sonnette d'alarme concernant des problèmes de lecture...