Camponovo : des salariés épuisés par les négociations

Clément Solym - 07.08.2012

Edition - Librairies - Camponovo - Reprise - Librairies


Ce matin, mardi 7 août, a eu lieu la réunion qui a rassemblé les 39 employés de la librairie Camponovo et de son potentiel repreneur, le libraire Hamid Kaighobadi.




 

Après le fiasco de l'assureur Philippe Guyot-Jeanon qui réclamait 3000 euros de la poche de chacun des employés pour « montrer leur motivation » à la reprise de la librairie, un nouveau repreneur s'est montré à la porte de Camponovo : Hamid Kaighobadi.

 

La réunion a consisté « en la présentation de Monsieur Hamid Kaighobadi », déclare une employée contactée par ActuaLitté. « Il a dit vouloir racheter très vite la librairie ». Pourtant rien n'est encore fait puisque le repreneur attend encore les prêts bancaires nécessaires pour faire tourner boutique.

 

« Nous ne comprenons pas le sens de cette réunion », ajoute l'employée, « ni pourquoi le personnel est pris à parti comme ça ». Ce serait Monsieur Hamid Kaighobadi qui aurait souhaité rencontrer les employés pour leur expliquer sa démarche, sur l'initiative de Monsieur Shaer, grand absent de la table ronde pour cause « d'autres obligations ». Quoiqu'il en soit, on nous assure que l'actuel propriétaire de la librairie est partant pour trouver quelqu'un. Mais à quel prix ?

 

On s'étonne de ce rassemblement qui devrait plutôt viser acheteur et ancien propriétaire, et qui épuise les employés. « Le personnel ne pose aucun problème pour travailler ni pour continuer à travailler dans des conditions incertaines. Mais là on est dans un état lamentable. Ça va conduire à la mort de la librairie »,témoigne notre interlocutrice. « C'est la première fois qu'on nous implique de la sorte. Surtout qu'à chaque fois qu'un projet capote on met la faute sur le dos du personnel qui n'est pas "assez motivé"  [voir le communiqué de Philippe Guyot-Jeanon, NDLR]. On n'en peut plus ».