medias

Canada : Le gouvernement Harper finance la maison Porcupine's Quill

- 26.11.2012

Edition - Economie - Porcupine's Quill - Canada - gouvernement Harper


Au Canada, le gouvernement Harper vient de profiter du fonds de soutien aux éditeurs, un programme d'aide à la production et la promotion du livre, pour revigorer l'économie régionale. Ainsi, la société d'édition Porcupine's Quill va bénéficier d'un financement pour continuer son activité, ainsi que l'a annoncé l'honorable Michael Chong, député de Wellington-Halton Hills, au nom de l'honorable James Moore, ministre du Patrimoine canadien et des Langues officielles. 

 

 

 

 

Dans un communiqué, le gouvernement souligne tout l'intérêt du travail réalisé par la maison Porcupine's Quill, qui s'appuie sur des technologies d'impression contemporaines, afin de rendre « le style et l'aspect de la typographie du XIXe siècle ». Maison indépendante, basée à Erin, dans l'Ontario, elle publie de la poésie, de la fiction et des critiques littéraires. 

 

« C'est cette année que s'amorce le compte à rebours de cinq ans avant le 150anniversaire du Canada, en 2017. Notre gouvernement est fier d'investir dans des projets qui contribuent à notre identité collective et à définir ce que nous sommes en tant que Canadiens. D'ici 2017, continuons à célébrer tout ce qui a fait du Canada d'aujourd'hui un pays uni, prospère et libre », souligne le ministre James Moore. 

 

Et en raison de l'unicité du travail de l'éditeur, qui, fondé en 1974, va célébrer son 40e anniversaire prochainement, le gouvernement Harper avait décidé de s'investir pour que cette date reste bien une célébration. « Cet anniversaire ne pourrait avoir lieu sans le soutien continu de Patrimoine canadien, dans le cadre de son Fonds du livre du Canada », précise en effet Tim Inkster, copropriétaire de l'établissement. 

 

Ce sont 18.561 $ CA qui seront ainsi accordés, dans le cadre du soutien aux éditeurs, attribué aux maisons d'édition détenues et contrôlées par des intérêts canadiens. Ces sommes sont allouées par le Fonds du livre du Canada, qui a pour principal objectif d'assurer l'accès à une grande diversité de livres d'auteurs canadiens tant au pays qu'à l'étranger. Il apporte alors son aide aux éditeurs favorisant une industrie canadienne du livre viable qui publie des livres d'auteurs canadiens et en fait la promotion. 

 

De quoi réjouir, il faut l'espérer, Yann Martel, auteur québecois qui avait déclaré la guerre à l'inculture crasse du premier ministre, Stephen Harper. « Tant que Stephen Harper sera premier ministre du Canada, je promets de lui envoyer par la poste, un lundi matin tous les quinze jours, un livre réputé faire épanouir la quiétude. Ce livre sera dédicacé et accompagné d'une lettre que j'aurai écrite », avait-il souligné en avril 2007. Son labeur s'était cependant achevé en janvier 2011, sans que jamais l'intéressé ne lui réponde. 

 

 http://www.actualitte.com/societe/monsieur-le-ministre-de-la-culture-c-est-ma-derniere-bafouille-24001.htm

 

@porcupinesquill