Canada : “Un homme noir assis dans sa voiture pour lire est considéré comme suspect”

Joséphine Leroy - 13.07.2016

Edition - Société - Canada livre fait divers - Canada police professeur - CS Lewis Timothy Keller


Au Canada, Louizandre Dauphin a été signalé à la police par des habitants de Janeville, dans le Nouveau-Brunswick, alors qu’il lisait paisiblement deux de ses livres, l'un de Timothy Keller (auteur et pasteur américain) et l'autre C.S. Lewis (l'auteur du Monde de Narnia, converti au christianisme). Louiziandre Dauphin estime que c'est parce qu'il est noir et que les habitants en question ont trouvé cela « suspect » qu’il se gare et lise dans sa voiture. Cet épisode survient après les récents drames qui ont suivi, dans la continuité d’autres, les meurtres d’Alton Sterling et de Philando Castile début juillet par des policiers blancs, aux États-Unis.

 

(Page Facebook)

 

 

La tension est à son comble aux États-Unis depuis que des policiers blancs sont tués en représailles de tous les meurtres racistes commis depuis des mois. Mais tout va-t-il pour le mieux dans le meilleur des mondes pour les Canadiens ? Pas certain. 

 

Louizandre Dauphin s’apprêtait à se changer les idées en ouvrant allant lire au bord de l’eau, près de la Baie des Chaleurs, dans le Nouveau-Brunswick. Dans son post Instagram, il raconte l’incident : « J’ai décidé d’aller faire un tour en voiture vers Stonehaven Wharf et rester assis au bord de l’eau en cette froide et pluvieuse journée de juillet, je voulais m’apaiser l’esprit en lisant Timothy Keller et C.S. Lewis. » Pas vraiment le profil d’un dangereux criminel. 

 

Mais, sur le chemin du retour, l’ancien professeur d’anglais s’est fait suivre par la police, alors qu’il conduisait à une vitesse tout à fait normale et même en dessous des indications de vitesse. Le policier lui a signifié qu’il fallait qu’il se gare et l’homme s’est exécuté. Sans agressivité, mais curieux, le policier lui pose les questions habituelles. Il cherche à savoir d'où il vient, où il va : « Je lui ai dit que j’étais allé à Stonehaven Wharf lire des livres et je lui ai montré ces deux livres posés sur les sièges passagers. Il a souri et m'a dit que quelques habitants de Janeville avaient appelé la police à cause de la présence d’un individu noir suspect assis dans une voiture blanche garée près de Wharf quelques heures auparavant. »

 

 

 

Before any more Canadians get too comfortable on their high horses, let me share with you what happened to me about an hour ago. This week has not been easy for me. Amidst a number of personal and professional struggles, my mind has been occupied with the latest string of black males killed by the police over the last few days. So, instead of stewing in my apartment, I decided to take a drive to the Stonehaven Wharf and sit by the water on this cold, rainy July day and try to pacify my mind by reading the works of Timothy Keller and C.S. Lewis. After a couple hours by the ocean, quietly reading in my car, I begin the drive back to my apartment. I'm 20 minutes in to my drive back home and I notice an RCMP cruiser speed by me, travelling in the opposite direction. 10 minutes later, I notice the same cruiser approaching from behind at a high rate of speed. Naturally, I check my speedometer and I'm travelling at 87km/h in a 100km/h zone, following the car in front of me (the speed at which people drive out here is another story). Since I'm travelling so slowly I don't think anything of the cruiser behind me until he hit his lights. I pull over and wait for him to approach. Thankfully, he is kind and respectful and asks me the usual questions; where I'm from and where I'm going. He then proceeds to ask me if I was in Janeville earlier this evening. I tell him that I was at the Stonehaven Wharf reading a book pointing to the two books in the passenger seat. He smiles and says that a few citizens in Janeville called the police because of a suspicious black man in a white car was parked at the Wharf for a couple hours. My response, "Really? I was just reading a book." He smiles, shrugs and replies, "Well, you know, it's a small town." and proceeds to ask me for my license. He verifies my information and sends me on my way. So, a black male, sitting in his car, reading a book is suspicious activity. Good to know. At this rate, I may never leave my home again. #DangerousNegro

Une photo publiée par Louizandre Dauphin (@veraxial) le

 

 

Après avoir vérifié son identité, le policier a laissé partir Louizandre Dauphin. « Donc qu’un homme noir assis dans sa voiture lise un livre est considéré comme une activité suspecte. Bon à savoir. À ce train-là, je ne pourrai même plus quitter mon domicile. #DangereuxNegro. » 

 

À CBC News, il confie que ce n’est pas la première fois que ce genre d’incident arrive : « Cela nous rappelle simplement qu’où que nous allions dans ce pays, il y aura toujours des filatures et des soupçons. Nous ne pouvons pas être si prompts à pointer du doigt nos homologues américains ou à nous sentir exceptionnels comparé à eux. » 

 

La police canadienne (RCMP) dément l’idée que les appels aient mentionné l’ethnie de ce suspect évoqué par les habitants. Si Louizandre Dauphin admet volontiers que, contrairement à ce qui est écrit sur son post Instagram, il n’y avait effectivement aucune mention de l'ethnie de la personne, il persiste à dénoncer ce « problème systématique » qui oppose toujours les mêmes protagonistes, des gens de couleur et des officiers de police blancs. « Quand vous êtes arrêté parce que vous lisez, c’est légèrement ridicule. » Le problème étant que le ridicule peut vite virer au drame. 

 

(via CBC NewsHuffington Post)