Canal BD, le Leclerc de la librairie spécialisée bande dessinée

Antoine Oury - 11.01.2013

Edition - Librairies - Canal BD - Bruno Fermier - librairie indépendante


Pas d'inquiétude : la coopérative Canal BD n'impose pas à ses librairies membres un carrelage immaculé ou des rangées de produits similaires, parfaitement alignés. Si Bruno Fermier la compare à Leclerc ou Super U, ce n'est que pour la mettre en rapport avec son fonctionnement. Celui-ci repose sur une mise en commun des demandes relatives à la gestion des stocks, à la communication et à d'autres questions logistiques. À côté, chaque librairie conserve sa pleine indépendance.

 


Affiche baisse TVA Canal BD janvier 2013

 

 

 Le groupement Canal BD a vu le jour en 2007, mais existait déjà sous une forme associative depuis 1990 sous le nom d'Association des Libraires de Bande Dessinée (ALBD). Seulement, « la forme d'association a ses limites » souligne Bruno Fermier, et la création d'une société anonyme à capital variable a permis d'engager bien plus de moyens dans l'aventure, tout en conservant un fonctionnement transparent : tout libraire désireux d'y souscrire achète une part à 500 €, verse sa cotisation annuelle et bénéficie d'une voix au sein de la coopérative. Quelle que soit la taille de sa librairie.

 

Mais surtout, reste indépendant : « Canal BD est le premier et le seul groupement de libraires indépendant en Europe, avec 91 librairies réparties entre France, Suisse, Belgique, Italie et Canada » souligne encore Bruno Fermier, manager au sein de la coopérative. La croissance semble bien réelle (« + 7 à 8 %, à points de vente comparables, pour l'année dernière » précise Bruno Fermier), à l'image de la librairie BDNet Bastille qui s'est considérablement agrandie l'année dernière avec le rachat d'un atelier d'artisan pour sa partie jeunesse.

 

La coopérative Canal BD a doté ses membres d'une App sur iPhone, parmi les premières du genre, et a ouvert son portail il y a un an afin de proposer en ligne le stock de chaque boutique, avec la possibilité de réaliser des commandes livrées à domicile. La coopérative a très vite réagi, pour utiliser pleinement Internet comme un « vecteur commercial ». Pour 2013, une « véritable boutique de BD numérique » sera mise en place pour le réseau Canal BD.

 

« On le sait que cela marche, on le prouve tous les jours dans un marché du livre plutôt atone » assure Marc Szyjowicz, président de Canal BD et fondateur de la librairie BDNet Nation. « C'est une forme de mutualisation des coûts, en échange d'une participation régulière à des opérations commerciales et des événements spécifiques, qui bénéficient toujours d'un taux de participation important. » Et se soldent par un réseau renforcé avec les éditeurs et les diffuseurs.