Devenir élève de l’Ecole de Traduction Littéraire

Claire Darfeuille - 13.10.2015

Edition - International - élève traducteur - littérature traduction


Les candidatures pour la quatrième promotion de L’ETL du CNL-Asfored sont ouvertes jusqu’au 30 octobre 2015. Cette formation professionnelle multilingue sur deux ans s’adresse aux traducteurs débutants qui souhaitent perfectionner leur technique auprès de traducteurs chevronnés et parfaire leur connaissance des métiers du livres.

 

Eleves de l'ETL

 Démonstration des élèves de l'ETL du CNL-Asfored au Festival Vo-Vf, la parole aux traducteurs © Juliette Berny

 

 

Il reste encore quelques places pour intégrer la nouvelle promotion de l’ETL qui rassemble une quinzaine de stagiaires, traduisant depuis toutes les langues vers le français et ayant déjà une ou deux traductions publiées. La formation dure deux ans, à raison de deux samedis par mois, dans les locaux du CNL à Paris. Elle comprend des ateliers d’écriture et de traduction multilingue avec des traducteurs de renom et des rencontres avec des professionnels du monde de l’édition et de la chaîne du livre.

 

L’administration de ETL est désormais assurée par l’Asfored qui aide notamment à la constitution des dossiers Afdas. La formation est gratuite et les déplacements pris en charge, si les candidats remplissent les critères de l’organisme collecteur (9000 euros de droits d’auteur perçus au cours des trois dernières années).

 

Une forte professionnalisation

 

« Les candidats sont de plus en plus professionnalisés et nos stagiaires publient beaucoup cette année », constate son directeur, Olivier Mannoni. C’est le cas de Lionel Felchlin, élève de la troisième promotion, dont le livre La poste du Gothard ou les états d’âme d’une nation de l’auteur suisse allemand Peter von Matt (Editions Zoé) qu’il a traduit, sera présenté mercredi 21 octobre au CNL dans le cadre du cycle « Venue d’ailleurs » organisé par la Maison des écrivains et de la littérature.

 

Les élèves de l’ETL interviennent régulièrement pour faire découvrir les tourments et les plaisirs de la traduction littéraire. Après leur prestation réussie au salon du livre 2015, ils ont fait salle comble et conquis le public du Festival Vo-Vf, le monde en livre avec leurs jeux traductifs, répliques cinglantes et cinglées, phrases impossibles et autres défis.

 

Traduire du français en… français

 

Au cours du dernier atelier, samedi 10 octobre, Corinna Gepner, traductrice de l’allemand, avait abordé le thème « Le parti pris du traducteur ». Après une étude comparative de diverses traductions, les élèves ont eu la surprise de devoir traduire un texte français… en français. L’exercice a mis en avant de façon foudroyante les tentations –inconscientes- du traducteur de « forcer le texte ».

 

Beaucoup d’élèves ont noté au passage comment ils « mettaient en application toutes les contraintes que les éditeurs leur imposent » et supposé que, sans cette auto-discipline, « quelqu’un d’autre repasserait derrière ». « Si votre traduction est cohérente, il faut prendre le risque », les a convaincus Corinna Gepner.

 

Ce même jour, l’ETL entrait à l’Ecole Nationale Supérieure, avec laquelle un partenariat vient d’être signé. Les intervenants habituels (André Markowicz, Rosie Pinhas-Delpuech, Michel Volkovitch…) y assureront une dizaine d’ateliers pour « une approche de la traduction littéraire et du monde de l’édition » (Voir notre ActuaLitté). La conférence inaugurale assurée par Olivier Mannoni avait pour titre : Traducteur, sur le métier.

 

Le Programme de la formation, les modalités d’inscription, le nom des intervenants, les compte-rendus des ateliers sont disponibles sur le site de l’ETL et pour toute demande de renseignements, contacter Marlène SERIN à l’Asfored au 01 45 88 04 31 ou par mail : etl-cnl@asfored.org