Capter les informations sur les ventes de livres, l'impératif pour optimiser

Cécile Mazin - 07.04.2016

Edition - Economie - Hachette group - données ventes - contrôler information


Obtenir des revendeurs des données utilisables pour améliorer le fonctionnement de son entreprise devient essentiel. Au sein du groupe Hachette, aux États-Unis, Michael Ballanco, nommé directeur de l’information fin septembre 2015, y travaille désormais d’arrache-pied. Ancien de Warner Music et de EMI, il occupe une position stratégique dans le développement stratégique, à un poste de convergence.

 

Robot lecteur (robot reading)

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

« Ma première priorité est d’obtenir un ensemble fiable d’informations sur les ventes, tous les jours, pour les responsables des entreprises », assure Ballanco. « Il est très important de faire émerger des données de vente rapidement, de sorte que nous puisions voir comment opérer le marketing. »

 

À ce titre, Michael Ballanco remplaçait Ralph Munsen, qui avait déjà opéré une première transition : il s’agissait d’intégrer une informatisation dans toutes les branches marketing. Désormais, il faut poursuivre l’effort, notamment avec l’automatisation de l’échange de données. Ballanco tente de convaincre les revendeurs de passer par la solution Electronic Data Interchange, pour fluidifie les transferts d’informations entre deux sociétés. 

 

L’idée est de parvenir à un regard global sur les ventes, que l’on parle de hardcover, d’ebook ou de livre audio, comprendre ce qui se vend le mieux dans les meilleures circonstances. L’idée du tableau de bord qui se monte est de permettre alors aux employés d’avoir un regard global pour améliorer les performances. 

 

Des données quotidiennes qui, une fois digérées, entraîneront des décisions nouvelles.

 

(via Wall Street Journal)