Car en réalité, pantin menteur, Pinocchio est mort pendu

Nicolas Gary - 28.11.2019

Edition - International - Carlo Collodi - Pinocchio marionnette - mensonge Gepetto


La vision terriblement “happy end” par propagée Disney, et qui découlait du livre de Carlo Collodi, s’en fera tordre le cou. Pinocchio, la marionnette qui avait pris vie, n’était certainement pas ce conte délicat qui a marqué l’imaginaire : l’œuvre initiale de Collodi était sombre, inquiétante… et violemment pédagogique finalement.
 
Pinocchio
Joe Penniston, C BY NC ND 2.0


On connaît de Pinocchio ce que Walt Disney nous en a raconté — plus rarement celle de l’Italien, journaliste et écrivain, qui travaillait comme fonctionnaire affecté à la censure (1826-1890). Son chef-d’œuvre mondial a traversé les frontières, certes, mais il ne la débuta qu’en 1881, après avoir fait valoir son droit à la retraite. 

En juin de cette année, le voici qui se rapproche de la rédaction de Giornale per i bambini — un titre qui souhaitait renouveler le genre de la littérature enfantine. Criblé de dettes (là encore, un oubli de l’histoire… oh, quoique…), Collodi accepte une rémunération de misère pour produire un texte qu’il intitule L’histoire d’une marionnette.
 
Proche de Burattino, nom d’une figure mineure de la Commedia dell’arte, pour laquelle Collodi a une vive passion, l’aventure bat son plein. Notons également qu’en collaboration avec Coccoluto Ferrigni, il fit paraître en 1884 un essai sur l’histoire des marionnettes qui à ce jour encore sert de référence.

Le 27 octobre 1881, Collodi publie cette célèbre histoire de Pinocchio… se concluant sur le suicide, totalement oublié, de la créature. Il donnera malgré tout une suite entre février 1882 et janvier 1883, soit trente-six chapitres en tout, prenant dans le même temps la direction de Il Fanfulla, magazine pour les enfants. 

Les éditions Paggi reprendront alors Les aventures de Pinocchio, confiant à l’illustrateur Enrico Mazzanti le soin d’accompagner le récit de dessins. Le succès fut immédiat. 

Mais avec le temps, Pinocchio a pris les traits que Disney lui a imposés et la noirceur originelle de l’œuvre a disparu. Les millions de spectateurs qui s’étaient familiarisés avec cette vision rassurante de la marionnette qui devient par la grâce d’une bonne fée, un véritable petit garçon, en seront pour leurs frais.
 
Or, l’histoire littéraire n’apprécie guère de se faire dicter par l’image son avenir. Le 27 octobre 1881, quand Collodi acheva la première mouture, Pinocchio mourrait pendu à un arbre, puni pour sa sévérité et sa désobéissance, et poussant cette invocation diablement christique : « Oh, mon père ! Si tu avais pu être là ! » Depuis sa branche, la marionnette se balançait, sans autre forme de procès.

Cette logique de terreur qu’avait instaurée Collodi provoqua chez nombre de lecteurs — à l’instar d’un certain Italo Calvino — une admiration sans bornes. Pour Calvino, l’histoire de Pinocchio est l’unique exemple de roman italien versant dans le romantisme noir et fantastique. 

<

>


 
Une publication vient donner, en Italie, une nouvelle lecture : Pinocchio, la storia di un burattino. La prima oscura edizione revient sur cette affaire, illustrée par Simone Stuto, avec des commentaires de Salvatore Ferlita. Une édition annotée, parfois érudite, qui montre comment il ne saurait être question de métamorphose édifiante pour ce golem de bois.

L’univers où évolue Pinocchio est celui du mensonge, de la ruse, de la méchanceté et de la mauvaise foi. Un monde qu’avait fini par prendre en grippe Collodi lui-même…


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.