Castex : “Irresponsable d'alléger le dispositif”, les librairies restent closes

Nicolas Gary - 12.11.2020

Edition - Société - Jean Castex confinement - commerces réouverture Covid - librairies bibliothèques confinement


Malgré les récentes déclarations du ministre de l’Économie, les probabilités restaient infimes. Le pays ne verra pas la réouverture de ses commerces, et pas plus, donc des librairies. Mais au fil de ses annonces, le Premier ministre Jean Castex a également présenté des options resserrant le cordon sanitaire. Car aujourd'hui, il importe « d'éviter que les malades arrivent à l’hôpital ».


 

Depuis le 28 octobre, et l’allocution du président de la République, le second confinement s’est installé. Il devait durer au moins jusqu’au 1er décembre, et les commerces suspendus aux fameux biens essentiels. Le gouvernement ne souhaitait « pas reproduire le confinement du printemps dernier », qui avait conduit à « un arrêt brutal de l’économie et de la culture ». Avec désormais, constatés « des effets cohérents par rapport aux effets attendus », assure le Premier ministre dans son allocution.

Mais l’évolution de la maladie doit être abordée de façon « positive, mais prudente ». Le nombre de contaminations diminue, mais la tendance est récente, doit « se confirmer sur la durée ».

Aucun assouplissement en vue, pour la période qui s’en vient, c’était la crainte, ce sera la règle. Seuls les lycées observeront de nouvelles mesures, mais plutôt pour renforcer le protocole sanitaire. 
 
Pourtant, les récriminations des commerçants abondent – et au cours des quinze derniers jours, le secteur de la librairie a amplement pris la parole pour dénoncer une situation inique. Mi-novembre est là, mais personne n’aura su démontrer à Matignon que les libraires ne représentaient que peu, voire très peu de risques en termes de contamination. 
 

“Irresponsable d'alléger le dispositif”


Pour les 15 prochains jours, les règles seront inchangées et les commerces « fermés au titre du confinement le resteront au moins pour les quinze prochains jours », assure le Premier ministre, qui ne souhaite pas faire « ce qui est espéré par beaucoup, et je les comprends ». Mais l’impératif du confinement primera.

Toutefois, pour apaiser les commerces, le gouvernement présente de nouvelles aides, prévues pour le début du mois de décembre. Et plus spécifiquement sur la question des loyers : actuellement, le crédit d’impôt proposé aux bailleurs qui renonceraient aux mois d’octobre à décembre ne représente que 30 % du montant mensuel. L’idée de le porter à 50 % deviendrait un incitatif non négligeable. 



 
Comme le soulignent plusieurs observateurs dépités, « la fameuse clause de revoyure annoncée par Emmanuel Macron ne signifiait en rien que la France permettrait une réouverture des commerces. Simplement que l’on ferait un point d’étape. Et ce point est acté ». 

En parallèle, les contrôles d’autorisation dérogatoires devraient se multiplier, le ministère de l’Intérieur ayant reçu consigne de les renforcer. La mobilisation des forces de l'ordre à Paris et dans l'ïle-de-France sera donc accrue.
 

Librairies, bibliothèques, toujours semi-closes


La perspective d’une réouverture progressive, que les services de Bruno Le Maire étudieront au cours de ces prochains jours, apportera peut-être plus de réponses. La même question se posera pour les établissements de prêt : pour l'heure, les bibliothèques n'ont accès qu'à des services amplement tronqués. Quels commerces pourraient être rouverts à partir du 1er décembre ? La réponse est simple : tous ceux qui aujourd’hui ne commercialisent pas des biens essentiels, mais encore une fois sous réserve que les curseurs passent au vert sur l’ensemble du territoire. 
 

Au cours des prochaines semaines, le Premier ministre entend donner de la visibilité sur les actions à mener — en fonction des indicateurs : celui de la circulation du virus et celui de pression sur le secteur hospitalier. Des mesures supplémentaires seront prises si les deux volets ne diminuent pas, bien entendu. Le gouvernement s’attend à ce que le pic de la deuxième vague soit atteint en début de semaine prochaine.

Des mesures d’allégement seraient envisagées à partir du 1er décembre, pour les commerces, sous réserve de mesures sanitaires extrêmement strictes. C’est au moment des vacances de Noël qu’un nouvel allégement est envisagé, là encore, à la condition de réserver ses agapes avec les siens — et ne pas envisager des fêtes à plusieurs dizaines de personnes pour le réveillon. 
 

À cette heure, le Clique & Rapplique (anciennement Click & collect) prend son envol : selon les données de distributeurs, il s’établit entre 40 et 50 % du chiffre d’affaires, mais les librairies restaient amplement suspendues aux nouvelles de ce soir. Les réassorts devraient pâtir des annonces de Jean Castex — et d’ores et déjà, les acteurs de la vente en ligne peuvent légitimement s’attendre à ce que les commandes s’amplifient.
 

Les aides au commerçants


Les commerces impactés par les mesures sanitaires prises profiteront de mesures qu’a détaillées Bruno Le Maire au cours de cette conférence de presse. « Je sais que nombre de commerçants ont hâte de rouvrir le plus rapidement possible », explique-t-il. Et des commerces comme les libraires ou les bijoutiers font un résultat très important durant les derniers mois de l’année.

« Toutes les mesures économiques massives seront préservées. » Les fermetures administratives impliquent une aide de 10.000 €, l’exonération de charges sociales et l’activité partielle. Aux tout premiers jours du mois de décembre, le fonds de solidarité sera ouvert, cumulable avec le click and collect, comme le pratiquent les libraires.

Concernant les loyers des commerçants, le budget 2021 prendra bien en compte un crédit d’impôt de 50 % pour les loyers de novembre, pour les entreprises de moins de 250 salariés. Invitation envoyée, donc, aux bailleurs pour qu’ils amorcent un geste de solidarité. Mais les entreprises de taille intermédiaire, 250 à 5000 salariés, le dispositif sera également appliqué, dans la limite des deux tiers du loyer. 

Reste alors à élaborer les règles sanitaires qui interviendront — renforcement de la jauge pour les commerces ou prise de rendez-vous — afin de simplifier la réouverture. « Je vous invite à ne sortir de chez vous que lorsque c’est strictement nécessaire », conclura le Premier ministre. « Je n’ignore rien des polémiques ni des contestations. Mais ne nous y trompons pas, l’ennemi n’est pas l’État, mais le virus. »



Commentaires
Je me présente à la prochaine présidentielle. C'est un métier cool. Il suffit de dire une connerie par jour. Je m'en sens tout à fait capable !

Él(y)sez-moi et je ne vous décevrais pas. Je n'aurais pas la gueule sinistre d'un croque-mort qui compte les cadavres pour justifier mon incompétence. Si vous aimez être enfermés, je vous enfermerais aussi. J'arriverais à trouver une raison stupide, mais au moins elle vous fera marrer.

Oyez braves gens qui élisez des croques-mitaines !
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.