La lecture en Italie : 6 personnes sur 10 n'ont pas lu de livre en 2014

Nicolas Gary - 10.02.2015

Edition - International - Italie lecture - livres lecteurs - statistiques 2014


L'Italie est inquiète. En 2014, le pays estime avoir perdu près de 820.000 lecteurs, selon les données de l'Istat. Un chiffre pire que celui de 2013, permettant de conclure que 60 % des Italiens ne lisent pas même un ouvrage par an. Depuis Milan, les éditeurs se lamentent, on parle même de lacérations portées au visage, doublées d'imprécations à Apollon et Bacchus. À confirmer tout de même. 

 

 

Italie livres centre commercial

ActuaLitté, CC BY SA 2.0

 

 

Les éditeurs qui ont décidé de prendre part à l'initiative #IoLeggoPerché, ont accueilli froidement les dernières statistiques de l'institut. La campagne, visant à partir des réseaux sociaux, pour constituer un réseau de Messagers qui inciteront les non-lecteurs à se convertir, va avoir du pain sur la planche. 

 

Chez les Italiens qui ont au moins 6 ans, ils sont désormais 41,1 % à avoir lu un livre en 2014, contre 43 % en 2013. Presque deux points de perdus, et des données qui s'approchent dangereusement des 60 % de la population qui rejette les livres.

 

Bien entendu, ce sont les femmes, à 48 %, qui lisent le plus, contre 34,5 % chez les hommes. En tout, 23,8 millions d'Italiens se sont plongés dans un ouvrage au cours des douze derniers mois, et majoritairement dans le nord du pays. Dans le sud, les statistiques sont en baisse plus importante encore. Les lecteurs les plus assidus sont les jeunes âgés de 11 à 14 ans, avec 53,5 %, et les ados de 15 à 17 ans, avec 51,1 %. Enfin, les 18/19 ans, sont à 51,7 %. 

 

« Près de 60 % des Italiens ne lisent pas même un livre par an. Ce qui signifie que nous avons face à nous un public de personnes qu'il faut convaincre que la lecture n'est pas quelque chose de difficile, comme la plupart le croient. La lecture est importante, amusante, utile. Elle doit être cultivée avec passion » , s'emballe Marco Polillo, président de l'Associazione Italiana Editori. 

 

Dans ce contexte, l'opération #IoLeggoPerché, tentative d'évangélisation par les réseaux, mais également déclinée dans un gigantesque bookcrossing national, est d'importance capitale. En effet, 240.000 ouvrages seront dispersés dans tout le pays, simplement pour inviter tout à chacun à trouver une occasion d'ouvrir un livre. 

 

 

 

 

Cet exercice national de sensibilisation prend une tout autre résonnance, alors qu'en France, les rapports les plus alarmistes sont combattus avec des opérations comme celle menée par le Syndicat des éditeurs, Les Petits champions de la lecture. Où il s'agit de faire lire des jeunes enfants de CM2, qui sont déjà des petits monstres dévoreurs d'ouvrages. 

 

Pour la campagne italienne, qui comportera 24 titres – donc 10.000 exemplaires de chaque – les différents auteurs concernés (dont Daniel Pennac) ont renoncé à leurs droits d'auteur, en marque de bonne volonté. On retrouvera ainsi, comme l'explique le site de l'opération

 

Kader Abdolah ; Kamal Abdulla ; Age & Scarpelli, Mario Monicelli; Silvia Avallone ; Alessandro Baricco; Ronald Everett Capps; Paola Capriolo ; Massimo Carlotto; Sveva Casati Modignani ; Cristiano Cavina; Andrea De Carlo;Diego De Silva ; Khaled Hosseini; Erin Hunter ; Emily Lockhart; Margaret Mazzantini ; Giuseppe Munforte ; Yōko Ogawa ; Maria Pace Ottieri; Daniel Pennac ; Roberto Riccardi ; Luis Sepúlveda ; Marcello Simoni ; Andrea Vitali. 

 

 

« #ioleggoperché a été développé pour motiver ceux qui lisent peu ou pas. Nous parlons de plus de la moitié des Italiens », explique le président de l'AIE. Et d'ajouter : « C'est à eux que l'on s'adresse, en faisant levier avec la passion authentique des lecteurs qui deviendront de véritables Messagers, jeunes et adultes, capables de s'engager et de convertir les autres à la lecture, chaque fois que c'est possible. »