Catch-22, de Joseph Heller, toujours un best-seller

Orianne Vialo - 26.08.2016

Edition - Société - catch 22 bestseller - catch 22 succès - joseph heller catch 22


Le roman satirique Catch-22, écrit par l’auteur américain Joseph Heller et publié en 1961 aux éditions Simon & Schuster, a dépassé le 23 août dernier les 10 millions d’exemplaires vendus. Disponible en Cahier Rouge et au format poche chez Grasset, traduit par Brice Matthieussent, cet ouvrage est aujourd'hui un bestseller incontesté. Quelles sont les raisons de cet engouement pour Catch-22 ?

 

 

Le roman de Joseph Heller se déroule pendant la Seconde Guerre mondiale, de 1942 à 1944. Durant cette période, l’on suit les aventures du capitaine John Yossarian, un aviateur de l’U.S. Army Air Forces, navigateur du bombardier B-25.

 

Catch-22, l'Article 22, permet à un colonel américain d'imposer un nombre de missions sans cesse croissant à son escadrille de bombardement basée dans une petite île de la Méditerranée pendant la Seconde Guerre mondiale... Le héros de l'histoire, Yossaran, ne recule devant rien pour tenter de rester en vie. Selon lui, sa seule mission, quand il s'envole, consiste à atterrir vivant. Simuler la folie dans cet univers délirant lui paraît le meilleur moyen de ne plus être envoyé en mission. Mais l'Article 22 indique que « quiconque veut se dispenser d'aller au feu n'est pas réellement fou ». 

 

Face au succès des ventes du roman, l'ouvrage est adapté au cinéma en 1970 par Mike Nichols avec Alan Arkin dans le rôle de John Yossarian. 

 

D’après un article du Guardian paru le 16 août dernier, le style d’écriture employé par Joseph Heller reflète l’horreur de la guerre. La prose effusive de l'auteur, enrichie d'adjectifs renvoyant tous un peu plus au chaos, permet de plonger le lecteur dans le récit dès les premières phrases. Les mots reflètent avec justesse la folie de la guerre, et la frustration de ceux qui sont envoyés au front.

 

Pourtant, il est aussi trompeur [le style d'écriture, NdR]. Parce que plus vous lisez, plus vous réalisez que les personnages et les lecteurs d'Heller tournent sans arrêt autour d'une série d'énigmes complexes et entrelacées. Catch-22 est en fait un livre dans lequel tout se connecte, où presque tout est perdu. [...] Après tout, l'article 22, qui donne au roman son nom, est une astuce linguistique, autant que toute autre chose.

 

La renommée de l'ouvrage viendrait aussi en grande partie de l'importance qui lui fut accordée par la presse à l'époque. Dans tous les titres de presse, l'on pouvait lire des articles du type, « Qu'est-ce que le Catch ? »

 

Cependant, dans une introduction rédigée par Joseph Heller en 1944, l'auteur attribue certains de ses premiers succès à de simples coïncidences. Selon lui, une suite de rencontres et de conversations fortuites aurait conduit à la rédaction d'une critique du livre dans le journal Herald Tribune. Cette critique positive aurait à son tour conduit à une critique dans le New York Times, et ainsi de suite pour plusieurs titres de presse des États-Unis et du Royaume-Uni.

 

D'ailleurs, d'après une enquête publique menée par la Bibliothèque du Congrès en 2012, le titre Catch-22 ferait partie de la liste des ouvrages ayant façonné et marqué la vie des Américains. Mais parallèlement, il se classe aussi à la 19e position des œuvres que les Britanniques affirment avoir lues… sans jamais les avoir ouvertes !