Censure en Russie : Wikipédia contre Poutine

Clément Solym - 11.07.2012

Edition - Justice - Wikipédia russe - Projet de loi informative - Vladimir Poutine


L'action ne provient pas d'un mouvement Anonymous georgien, mais cela pourrait bien y ressembler. En effet, le site Wikipédia a fermé sa version russe mardi dernier pour protester contre le projet de loi russe liberticide examiné le même jour au parlement. 




 

Le site a pris cette décision pour répondre à l'ambition de Vladimir Poutine de créer une version russe de la « Grande muraille Internet de Chine », pour bloquer toute contestation sur Internet. Un projet porté par Poutine qui réduirait considérablement l'espace des libertés individuelles et collectives. Comme toujours, l'argument avancé par le gouvernement est le problème des sites dangereux pour les enfants, qui surfent sur la toile et peuvent tomber malencontreusement sur des sites soit pornographiques ou à caractère violent.

 

C'est hier au parlement que l'amendement de la loi était discuté. En guise de réponse, les députés anti-Poutine avancent le risque engendré d'une fermeture de Twitter et Facebook, qu'impliquerait une telle décision. « Ce serait le premier pas vers la censure établissant une liste de sites et adresse IP interdits », a déclaré Wikipedia dans un communiqué.

 

Plus grave encore, ces amendements précisent en tout petit, voire dans la marge, que le gouvernement pourrait à l'avenir fermer tout site sans passer par la machine judiciaire. Plus pratique, soit, mais offrant les pleins pouvoirs au gouvernement russe sur Internet et une majorité d'utilisateurs qui en font un usage régulier sans connaissances avancées.

 

Il semble que la Chine donne l'exemple, puisque son gouvernement contrôle tout ce qui peut être vu ou non sur Internet, méthode qui éradique tout foyer protestataire. Natalia Pelevine, leader de l'opposition, proteste : « C'est tout simplement une dernière tentative pour infiltrer le dernier bastion de l'opposition. » En effet, Facebook et Twitter ont été largement utilisés par le camp de l'opposition pour réunir les manifestants à de multiples reprises par le passé.

 

Wikipédia proteste donc en croisant les bras, mais qui sait, peut être que le gouvernement de Russie jugera qu'une telle décision va dans le sens de ses intérêts ? Wikipédia a été clair et concis, avec la mise en ligne des quelques lignes suivantes sur sa page d'accueil : « Représentez-vous un monde sans connaissances libres. » Et d'expliquer que cette loi sur l'information peut « mener à la création d'une censure extrajudiciaire d'Internet dans le pays, ainsi qu'à la fermeture de l'accès à la version russe. »

 

Il est encore trop tôt pour estimer l'effet blocus de Wikipédia, cependant, le site appelle les internautes à un soutien contre ce projet de loi non grata n° 89417-6, alors examiné hier en seconde lecture.




Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.