Censure ? L'ancien avocat de Donald Trump serait en prison à cause de son livre

Gariépy Raphaël - 23.07.2020

Edition - Justice - censure prison - Donald Trump président - Etats-Unis Edition


Michael Cohen, l’ancien avocat du président américain, affirme avoir été emprisonné en raison d'un livre qu’il prépare sur Donald Trump. L’ouvrage à charge devait être publié à la rentrée littéraire de septembre et porter un coup à la campagne présidentielle du leader républicain en rapportant ses propos et son attitude racistes. 
 
Donald Trump
 

Nouveau livre sur Donald Trump et nouvelle tentative de censure potentielle. Ces derniers mois, une série d’ouvrages proposant une image peu flatteuse du président ont subi des pressions diverses pour retarder, voire annuler leur publication. The Room Where It Happened, livre de John Bolton, ancien conseiller à la sécurité nationale, a ainsi bien failli ne jamais voir le jour. Les avocats de la maison blanche accusant le texte de contenir des informations classées confidentielles.

Quant à Too Much and Never Enough : How My Family Created the World’s Most Dangerous Man de Mary L. Trump, il a dû subir l’acharnement judiciaire du Donald Junior, le jeune frère du président américain qui refusait que le livre soit publié au motif qu’un tel ouvrage violerait une clause de confidentialité signée par Mary L. Trump en 2001. 

C’est apparemment au tour de Michael Cohen, l’ancien avocat du président Trump, de subir des pressions, selon ses dires. Celui-ci affirme que son retour en prison n'est rien d'autre qu'une forme de censure : on l’empêcherait de finir son livre, qui présenterait Trump comme un président raciste.


Une tentative de censure ? 


Après avoir fidèlement servi Donald Trump pendant des années, Michael Cohen s’était retrouvé face à la justice dans le cadre des enquêtes judiciaires visant le président fraichement élu à partir de 2017. Il décide alors de coopérer et admet avoir acheté le silence de deux ex-maîtresses présumées de Trump pour la somme de 280.000 $, versée pendant la campagne présidentielle. Lors de son procès, il affirme avoir agi sous l'ordre direct du milliardaire, ce qu’a évidemment nié ce dernier. 

Depuis, les deux hommes sont légèrement en froid et Michael Cohen a été vu à la bibliothèque de la prison travaillant des heures durant sur un manuscrit revanchard. En mai dernier, l’homme a finalement été placé en liberté conditionnelle et autorisé à rentrer chez lui, à cause du coronavirus. Malheureusement pour lui, la « liberté retrouvée » n’a été que de courte durée et des responsables fédéraux ont brusquement choisi de renvoyer Cohen en prison début juillet. 

C’est là que l’accusation de censure prend forme. L’ancien avocat aurait été renvoyé à l’ombre parce qu’il hésitait à signer un accord qui l’aurait laissé libre, mais qui lui interdisait de publier son livre avant les élections de novembre. 



Une affaire à suivre 


Cohen a décidé de se défendre en intentant une action en justice mettant en cause le gouvernement, qui ne respecterait pas son droit au Premier amendement en interrompant brusquement la rédaction du manuscrit qu’il avait prévu de finir chez lui pour septembre. L’homme soutient n’avoir jamais refusé de signer l’accord, mais avoir simplement demandé plus de précision sur ses modalités. « J’ai été choqué lorsque trois maréchaux américains sont arrivés plus tard avec des menottes et des chaînes pour me mettre en garde à vue », écrit-il ainsi dans un document présenté au procès. 
Selon le New York Times, le livre, provisoirement intitulé Déloyauté : la véritable histoire de Michael Cohen, ancien avocat personnel du président Donald J. Trump, décrit précisément certains propos racistes du président. Notamment des remarques antisémites à l’encontre d’éminents représentants de la communauté juive et des critiques virulentes contre des dirigeants noirs, comme le président Barack Obama ou Nelson Mandela. 

Renvoyé en prison, Michael Cohen affirme avoir été immédiatement placé à l’isolement. Enfermé 23 heures par jour sans accès à un ordinateur, il lui serait impossible de travailler sur son manuscrit.

Crédit photo : Matt johnson CC BY 2.0


Commentaires
Une honte sans limite!
Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.