Censure : la Chine proscrit les livres d'auteurs américains, subtilement

Clément Solym - 04.10.2019

Edition - International - Chine Etats Unis - relations commerciales - éditeurs Chine livres


Les éditeurs chinois éprouveraient quelques difficultés à publier la traduction de livres d’auteurs américains. Les droits achetés auprès d’éditeurs britanniques ou américains, pour une commercialisation dans l’Empire du Milieu, seraient par la suite bloqués. Et, comme on s’en doute, c’est l’administration chinoise qui poserait problème.


Et mon ISBN ?
 

Plusieurs sources concomitantes, au sortir de la Foire internationale du livre de Beijing, en août dernier, le confirment : les éditeurs chinois seraient freinés dans leurs parutions, spécifiquement quand il s’agit d’auteurs américains. On connaît les relations entre la Chine et les États-Unis, et la guerre économique que mène Donald Trump, aussi le sujet n’étonnera pas trop.

De fait, lors des échanges avec leurs homologues anglo-saxons, les maisons chinoises ont expliqué ne pas arriver à obtenir les numéros d’ISBN — la carte d’identité du livre — pour mettre en vente leurs achats. Que l’on parle de retards ou d’obstructions, les effets sont les mêmes. Or, pour les auteurs européens, l’administration chinoise ne pose aucune difficulté.

Un éditeur britannique confirme, anonymement, qu’un accord passé durant la Foire de Beijing a par la suite été annulé : le contrat a été soudainement abandonné par son confrère chinois, sans explications. C’est le sous-agent qui traitait avec eux qui lui apportera confirmation : les autorités auraient demandé à la maison chinoise de suspendre toute parution en lien avec les États-Unis. 

Plusieurs éditeurs seraient d’ailleurs confrontés aux mêmes demandes. 
 

Du temporaire, soumis aux négociations politiques


Quelques sources chinoises assurent qu’il ne s’agit que d’une mesure temporaire, « car les Chinois adorent les auteurs américains ». Mais en représailles aux différentes agressions du président Trump contre la Chine, les autorités mettent donc un frein au soft power et la diffusion sur leur territoire des œuvres évoquant la culture américaine. 
 
L’attribution des numéros ISBN est en effet gérée par l’administration et le ministère de la presse, sous l’égide et le contrôle du Parti communiste. Aucun commentaire officiel n’a été formulé à cette heure. 

Toutefois, on note que les éditeurs chinois seraient de plus en plus agacés de voir la prolifération de titres anglo-saxons, et les ventes sur leur territoire, alors que les auteurs chinois ne s’exportent encore que très faiblement. 


On se souviendra qu’en décidant d’une hausse des droits de douane, pour sanctionner la Chine, le POTUS avait fait frémir les éditeurs religieux et jeunesses américains. Étant donné qu’ils impriment leurs livres là-bas, les mesures de Trump pouvaient provoquer un véritable malaise économique. Heureusement, tout s'était presque bien fini.

Or, durant la Foire de Beijing même, plusieurs éditeurs américains évoquaient la difficulté des négociations avec leurs confrères chinois — du fait, justement, de ces barrières à l’export…


via The Bookseller


Commentaires

Pas de commentaires

Poster un commentaire

 

grin LOL cheese smile wink smirk rolleyes confused surprised big surprise tongue laugh tongue rolleye tongue wink raspberry blank stare long face ohh grrr gulp oh oh downer red face sick shut eye hmmm mad angry zipper kiss shock cool smile cool smirk cool grin cool hmm cool mad cool cheese vampire snake exclaim question

Vous répondez au commentaire de

Cliquez ici pour ne plus répondre à ce commentaire

* Laisser vide pour ne pas reçevoir de notification par email de nouveaux commentaires.