Ces célébrités qui se lancent dans le livre jeunesse

Julien Helmlinger - 18.04.2014

Edition - International - Célébrités - Littérature jeunesse - Enfants


Avec des acteurs comme John Travolta et Jim Carrey, des rockeurs comme Keith Richards et Ringo Starr, ou encore l'humoriste Russel Brand plus dernièrement, la liste des célébrités passées au livre pour enfants n'a de cesse de se rallonger. L'avantage quand on a déjà un nom imprimé dans les mémoires, c'est notamment que l'on peut signer un juteux contrat d'édition sans même avoir à faire ses preuves plume à la main. Et la qualité de la littérature jeunesse, en retour, serait-elle bien servie par les icones de la culture pop ?

 

 

Une manière parmi d'autres pour découvrir la lecture

 

 

Sur le site web du Guardian, les écrivains Tom Lamont et Robert Muchamore ont lancé le débat sur cette question qu'ils observent parfois depuis un angle de vue bien différent. Pour Tom Lamont, il serait regrettable que ces titres, parfois jugés comme destinés à faire du fric plutôt qu'à éveiller les enfants à la culture, s'accapareraient davantage que leur part méritée de dépenses publicitaires, de places sur les tables des libraires, ou encore de leur dose de critiques littéraires.

 

Le label auteur VIP risquerait donc de faire de l'ombre à la lecture de qualité ? Comme nous le rappelle Muchamore, dans cette vaste industrie qu'est le secteur de l'édition, ce seraient les livres à grand succès qui feraient non seulement vivre les libraires, les imprimeurs, mais pas que. Ils permettraient aussi aux éditeurs de publier les autres bouquins qui ne se vendent pas comme des petits pains. C'est l'histoire paradoxale de la veine massivement commerciale mise au service de la bibliodiversité.

 

Tom Lamont pose un questionnement plus désabusé, considérant que le créneau pour enfant doit servir à éveiller les esprits. Il se demande si cette incursion sur le terrain des livres pour enfants ne reflèterait pas les égos démesurés des stars du show-bizz. Viendraient-elles sur les plates-bandes des écrivains jeunesse simplement en pensant que cela leur demandera moins de boulot que de cibler un public plus exigeant ? « Mais un bon livre est difficile à écrire. Et même un livre de merde prend une éternité. Alors, un livre pour enfants ... » 

 

Pour Robert Muchamore, la littérature jeunesse est une pierre angulaire de la culture. Alors, au final, pourquoi ne pas prendre le phénomène dans le sens inverse ? Lui, soutient qu'il est temps de « reconnaître les meilleurs auteurs pour enfants comme les icônes culturelles qu'elles sont, et les récompenser en leur donnant la place qu'ils mérite sous les feux de la rampe ».