Cet instant mémorable du premier baiser...

Clément Solym - 14.01.2011

Edition - Société - premier - baiser - embrasser


Petite séquence émotion. Allez : quel âge aviez-vous, lors de votre premier baiser ? Vous vous souvenez ? Et avec qui ? Comment ? Oui, tout vous revient si facilement... Et pour cause : neuf personnes sur dix ne l'oublient jamais.

Si vous êtes la dixième, navré, mais cela ne vous empêchera pas de vous pencher sur le livre de Sheril Kirshenbaum, qui vient de publier The Science of Kissing: What Our Lips Are Telling Us. Une étude approfondie de la manière dont hommes et femmes ressentent et vivent (ont vécu) ce tout premier baiser, avant, pendant et après.

Même s'il est vrai que ce premier baiser est éternellement renouvellé, avec toute nouvelle personne.

Premier et plus grand émoi


Docteure à l'université du Texas, Sheril assure que cet instant peut être l'expérience la plus mémorable dans une vie, au point de faire passer son premier rapport sexuel pour l'achat de son premier paquet de bonbons. Et serait même en mesure d'éclipser la mort d'un parent. Nombre de personnes se souviennent en effet de quantité de détails sur les circonstances, la personne - jusqu'à l'odeur de celui ou celle qu'ils ont embrassé.

Premier constat, affligeant, messieurs : les femmes sont souvent moins satisfaites de ce premier baiser, et ce, alors que nous avons tendance à ne pas nous en apercevoir.

Véritables « bombes de testostérone », comme Sheril les décrit, les hommes sont plus brutaux à cet instant, alors que les femmes sécrètent moins d'hormones sur le moment. Elles ressentent cependant les effets de l'ocyotine et de la dopamine, qui se libèrent sur le moment et procurent une sensation de bien-être. (En savoir plus)

Or, pour les mâles, c'est surtout de la testostérone, en masse, qui se diffuse. Eh oui.

Des idées plein les lèvres

Et attention : certains clichés ont la vie dure, et pourtant, se confirmeraient. Une petite séance de bécotage, avec des baisers légers, mais réguliers et fréquents pourrait pousser une femme à tomber plus facilement amoureuse. Bien plus, en tout cas, qu'une longue séance de roulage de pelles... Ah, les amoureux des bancs publics, si chers à Brassens...

« Un baiser peut être l'une des expériences les plus extraordinaires partagées entre deux personnes, et comprendre les phénomènes scientifiques qui se déroulent peut contribuer à l'améliorer chaque fois », explique Sheril dans son ouvrage. 

Le livre présente aussi quelques réflexions intéressantes sur ce que l'on croit savoir, du baiser. Ainsi, le fameux baiser des Esquimaux serait plutôt un reniflage du nez. Le principe d'un baiser réussi n'est pas la luxure qu'il déploie, mais la confiance et l'honnêteté qu'il laisse transparaître. Et deux personnes sur trois penchent la tête à droite au moment de s'embrasser...


Plus d'informations, New Scientist