Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Cette bibliothécaire refuse net les livres offerts par Melania Trump

Clément Solym - 02.10.2017

Edition - International - Melania Trump livre - Premier Dame Trump - Seuss livres Trump


Quand on a le mari de Melania Trump, difficile de sortir de chez soi la tête haute. Et plus encore de vouloir offrir des livres, avec un époux qui assume pleinement de ne pas lire et a rempli la bibliothèque de la Maison Blanche des exemplaires de ses bouquins. 


Trump, Pentagon leaders honor 9/11 victims
the joint staff, CC BY 2.0
 

 

Tout part d’une bonne intention, lorsque Melania Trump décide, en sa qualité de première dame, de donner des livres. Le 6 septembre dernier, à l’occasion du National Read a Book Day, elle a choisi, en accord avec le département de l’Éducation, une école dans chaque État. Il est alors prévu que 10 livres du Dr Seuss soient offerts par établissement. 

 

Mais Liz Phipps Soeiro, bibliothécaire de la Cambridgeport School, l’un des établissements élus, a refusé tout net la dotation. Aucunement par motivation politique ou activisme citoyen – enfin, rien qui soit dirigé contre Donald Trump, directement. En effet, la salariée a considéré que les dépenses annuelles de son école, pour les élèves, avoisinent les 20.000 $ annuels. 

 

L’argent serait mieux dépensé et servirait bien plus « à des communautés défavorisées, et qui continuent d’être marginalisées et calomniées à travers les politiques mises en place par la secrétaire d’État à l’éducation, Betsy DeVos ». Ah, si, finalement, cela concerne donc bien Donald Trump.
 

La First Lady, Mélania Trump, cède à la tradition de la lecture de Pâques

 

Et puis, ajoute la bibliothécaire quelque peu excédée, dans la lettre ouverte adressée à la Première Dame, « les livres de Seuss sont imprégnés de propagande raciste, de caricatures et de stéréotypes néfastes ». Les ouvrages font en effet régulièrement polémiques sur ces questions sans que l’on ne tranche véritablement du côté du racisme latent de Seuss...

 

Et de renvoyer doucement Melania Trump à ses études : « Vous n’êtes peut-être pas consciente de ce point, mais le Dr Seuss relève un peu du cliché, et s’avère un ambassadeur vieillot et usé pour la littérature jeunesse. » Bim. Le rédacteur en chef de Horn Book, qui a publié la lettre ouverte, n’hésite en revanche pas à réaffirmer son plein et entier soutien à la bibliothécaire...

 


 

Or, bien évidemment, la démarche de la bibliothécaire, plutôt engagée, a suscité des réactions colériques et haineuses sur les réseaux. On lui reproche de refuser un cadeau destiné à des enfants, de se poser en censeur, en choisissant ce qu’ils vont lire, etc. 
 

“Seuss est un jongleur avec les mots, c’est un illusionniste” (Stephen Carrière)


Le service de communication de la Première Dame estime qu’il s’agit là, avant tout, d’un geste malencontreux de la part de la bibliothécaire. Melania Trump « reste décidée à faire des efforts en faveur des enfants, partout dans le monde ». Lorsque son mari aura dressé un mur entre les États-Unis et les Mexique, Melania s’engage donc à lancer des livres par-dessus ledit mur. Rassurant. 

 

En effet, « madame Trump a l’intention de se servir de sa position de Première Dame pour venir en aide au plus grand nombre d’enfants possibles. Elle l’a démontré dans ses actions et ses paroles depuis que son mari a pris ses fonctions. Et l’envoi de livres à des enfants à travers le pays n’en est qu’un exemple », conclut son service de com.

 

via Huffington Post, LA Times