Le SNE publie le plaidoyer de Richard Malka contre la gratuité et les géants du web

Nicolas Gary - 08.09.2015

Edition - Les maisons - Richard Malka - Syndicat Edition - livre lecture


Le Syndicat national de l’édition a annoncé la parution d’un ouvrage signé Richard Malka, avocat de DSK et de Charlie Hebdo. La gratuité, c’est le vol. 2015 : la fin du droit d’auteur ? sera à retrouver en librairies à compter du 10 septembre. Un livre qui arrive en renfort dans la bataille : fort heureusement, il sera gratuit. 

 

Free Library Toulouse

Bibliothèque gratuite - Charlotte Henard, CC BY SA 2.0

 

 

« Faire du droit d’auteur l’exception et le droit à piller la règle : tel est le projet défendu par la Commission européenne et le futur projet de loi français sur le numérique. » Le ton est posé, il s’agit donc d’un plaidoyer alarmiste, criant qu’il y a « danger et [...] urgence », aussi « auteurs et éditeurs français se mobilisent pour défendre le droit d’auteur ».

 

Dans son ouvrage, Me Richard Malka entend donc « rappeler la nécessité de sauver ce qui permet le développement et la diffusion du livre dans nos sociétés ». Et l’avocat de passé par le fer « une prétendue modernité », par laquelle les géants du web « profiteront d’exceptions élargies et exproprieront les auteurs. Le pillage généralisé de leur travail ». 

 

L’auteur fournit donc un manuel de résistance qui « alerte le public sur les risques que la gratuité débridée fait peser sur la liberté des lecteurs et l’offre culturelle ». L’occasion, manifestement, de mettre dans le même panier le Parti pirate, les géants du web et très certainement, les internautes. « Derrière les mirages du numérique et de la gratuité, c’est l’appauvrissement des auteurs et de la liberté d’expression qui guettent », conclut la présentation.

 

 

On pourra retrouver également ce titre sur le site du SNE, et le télécharger tout aussi gratuitement. 

 

ReLIRE, en toute transparence, les déclarations

 

Mais quelques éléments méritent une piqûre de rappel : le « pillage généralisé » du travail des auteurs existe dans la loi française, il s’appelle ReLIRE, et non seulement s’approprie les œuvres mais surtout, ne se fatigue pas avec les détails. Rappelons que ReLIRE permet la numérisation de livres indisponibles, sans l’accord des auteurs ni ayants droit – il leur est possible de retirer leurs œuvres, s’ils apprennent l’existence de ce mécanisme.

 

Quant aux géants du web, tant décriés, peut-être se souviendra-t-on de la déclaration de Vincent Montagne, président du SNE, en mars 2013, qui affirmait qu’Amazon « n’est pas simplement un opérateur dans le monde numérique, mais c’est surtout un libraire ». Une remarque qui avait fait sursauter le groupement des librairies Initiales : « Nous espérons que cette remarque n’engage que lui, mais nous n’y croyons guère. Cette délicate sortie en dit long sur la fracture désormais consommée entre l’édition et la librairie indépendante. Mais ce monsieur se berce d’illusions s’il pense qu’il va pouvoir garder sa place, celle d’éditeur, et celle de sa filière. »

 

Et puis, note le Comité des Artistes Auteurs Plasticiens, faut-il voir dans le livre de Richard Malka une absolution ?

 

À LIRE ABSOLUMENT. Ce qui n’empêche pas de se demander pourquoi ce sont les éditeurs (et non les auteurs) qui enfourchent ce cheval de bataille contre la réforme du droit d’auteur en Europe ? Un subit accès de philanthropie ? Union sacrée contre le danger ? Tous dans le même bateau ? Zorro est arrivé ? Le SNE alerte "dans les semaines qui viennent, deux projets de dérégulation risquent de bouleverser l’équilibre juridique et économique qui permet aujourd’hui aux auteurs d’être rémunérés et aux créateurs de vivre de leur travail." Louable vigilance ! 

Mais si on comprend bien jusqu’à présent tout va très bien Madame la Marquise : les éditeurs paient équitablement les auteurs, ces derniers peuvent vivre décemment de leur travail, la transparence des comptes entre auteurs et éditeurs est garantie, les droits d’auteurs ne sont pas en chute libre, la précarité des auteurs est une affabulation de certains esprits chagrins… Que de bonnes nouvelles ! Quoi qu’il en soit, on voit que les éditeurs font leur affaire des auteurs. Ouf ! sauvés !

 

Le livre sera manifestement très attendu. 

 

Mais l’observateur vigilant restera malgré tout abasourdi que le SNE parte en guerre contre l’Europe, et en oublie que, devant sa porte, se profile une Loi Création qui a totalement oublié les auteurs du livre. Il y est pourtant question de transparence des comptes, et de partage de la valeur : des thématiques chères au Syndicat, mais quand il s’agit de vilipender l’Europe et les acteurs du web...

 

 

Mise à jour 16h15 :

On apprend également la création d'un site, AuteursEnDanger.com pour soutenir l'opération. Tout à fait étonnant.


Pour approfondir

Editeur : Quotidien malin
Genre : tourisme france...
Total pages : 192
Traducteur :
ISBN : 9782848996493

Paris gratuit, c'est malin ; les astuces et les bons plans pour profiter de la capitale sans rien dépenser

de Tahar, Olivia; Girodon, Ludovic

Paris regorge d'endroits magnifiques. et il est possible d'en profiter sans se ruiner ! Il suffit juste de connaître les bonnes adresses et les bons plans. Ce guide très pratique emmènera le lecteur à la découverte de la capitale sans qu'il ait besoin de sortir son porte-monnaie. Au programme : Paris nocturne : restaurants, bars, concerts, boîtes de nuit, spectacles. les meilleures adresses pour s'amuser jusqu'au bout de la nuit. Paris culture : musées, expos, centres culturels, monuments, conférences. tout pour se cultiver à zéro frais. Paris loisirs : sport, activités artistiques, bien-être. se divertir sans culpabiliser !Paris balades : parcs, jardins, fontaines, cimetières, toilettes atypiques. flâner dans les plus beaux endroits de la capitale. Des lieux originaux à découvrir, sans dépenser un sou !

J'achète ce livre grand format à 6 €