Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Chaines, indépendants : les librairies de France se démènent

Clément Solym - 14.11.2013

Edition - Librairies - commerce de proximité - chaînes de librairies - Chapitre


La librairie indépendante était au coeur des discussions lors du débat sur le Budget 2014, à l'Assemblée nationale. La députée Brigitte Bourguignon rappelait en effet que dans le cadre de l'action Livre et lecture, un fonds d'aide de 18 millions € était apporté aux établissements, pour répondre à leurs problématiques.  

 

 

Crédit Les Echos

 

 

Aujourd'hui, Les Echos proposent un regard sur le réseau des chaînes de librairies, alors même que celles de Chapitre sont en vente. « Chapitre met en jeu des librairies indépendantes rachetées pour former un groupe sans jamais que cela fonctionne vraiment. Beaucoup de ces librairies sont viables, mais l'ensemble ne l'est pas », analysait le PDG de Hachette, Arnaud Nourry. 

 

Le président des librairies Chapitre, Michel Resseguier, expliquait à ActuaLitté : « Aujourd'hui, assurer la rentabilité des librairies du réseau ne peut passer que par une indépendance, que ce soit en termes de management, d'animation, vis-à-vis des pouvoirs publics, ou encore de l'accès aux aides de l'ADELC. » 

 

Cependant, les différents établissements trouvent progressivement des repreneurs. La direction de Chapitre a travaillé à ce que chaque établissement soit audité, et « réalisé un business plan pour chaque librairie, et déterminé quels étaient ses atouts et ses faiblesses. Nous pouvons collaborer au mieux avec un repreneur, et pour ce faire nous nous sommes donnés un an. C'est un délai suffisant », rappelait M. Resseguier.

 

Aujourd'hui, quatre librairies ont été vendues, une cinquième devrait l'être prochainement, et sur les 52 établissements restants, « 48 marques d'intérêt » ont été données au groupe Chapitre. Il ne resterait alors qu'une seule librairie sur le carreau. Or, la nécessité est surtout l'urgence des ventes, pour permettre à chaque librairie de pouvoir repartir sur de nouvelles bases, plus saines. Sachant que, dans tous les cas, la direction prévoit des licenciements pour les salariés du siège, situé dans le XVe arrondissement. 

 

Pour ce qui est des indépendants, on compterait entre 200 et 300 fermetures d'établissements annuellement, mais autant d'ouvertures, précise le Syndicat de la librairie française. Surtout que, dans le même temps, des chaînes de plus petite taille, comme Le Furet du Nord, ou encore Cultura et Gibert Joseph poursuivent des développements, souvent en dehors des centres villes pour éviter les charges excessives de ces emplacements.

 

Pour Cultura ou Leclerc, la politique d'implantation s'opère dans des villes de taille moyenne, où l'on ne retrouvera pas d'établissements Fnac.