Chapitre : 23 établissements sur 57 sont définitivement fermés

Antoine Oury - 10.02.2014

Edition - Librairies - librairies Chapitre - fermetures - offres de reprise


Le Tribunal de Commerce de Paris vient de rendre sa décision : ce sont 8 nouvelles librairies qui trouvent un repreneur. Pour les salariés des 23 librairies définitivement fermées, la pilule est amère. Si tous sont soulagés d'arriver enfin au dénouement d'une agonie qui aura duré près de 3 mois, la plupart s'interrogent désormais sur ce qui va suivre. La CGT, syndicat majoritaire, appelle à une occupation des locaux pour de meilleures conditions de licenciement.

 

 

Chapitre.com, Nancy, Centre Saint-Sébastien

La librairie Chapitre du Centre commercial Saint-Sébastien, Nancy

(ActuaLitté, CC BY-SA 2.0)

 

 

Le 2 décembre dernier, le tribunal de Commerce de Paris statuait sur le sort des librairies du réseau Chapitre en ouvrant une procédure collective, avec poursuite de l'activité, pour favoriser les différents processus de reprises. Le 27 décembre 2013, 16 librairies sur les 57 établissements du groupe, étaient reprises, tandis que le juge annonçait quelques jours plus tard la prolongation de l'activité jusqu'au 10 février.

 

Cette décision de poursuivre l'activité visait à favoriser la reprise, un établissement toujours ouvert étant plus enclin à séduire les éventuels repreneurs. Toutefois, pour les salariés, chaque journée de travail supplémentaire relevait du calvaire : des stocks en diminution constante, des rayons vides, et une ambiance délétère, où l'attente du repreneur devient véritablement nocive.

 

Fin janvier, dix nouveaux établissements se voyaient repris, parfois par les directeurs des magasins eux-mêmes. Dans l'ensemble, la reprise des différentes librairies aura été possible sous un modèle indépendant.

 

Ce soir, huit établissements ont trouvé un repreneur, via un transfert de propriété : les librairies de Colmar (Ruc), Saint Louis, Bergerac, Grenoble, Brive la Gaillarde, Châlons-en-Champagne, Sarreguemines et Laval. Par ailleurs, signale le communiqué du groupe, la société Biblioteca, spécialisée dans la vente des livres aux collectivités et qui faisait partie du réseau des librairies Chapitre, a également trouvé repreneur.

 

« Pour un gros tiers des librairies, aucun projet de reprise convainquant n'a hélas été présenté » regrette Michel Rességuier, Président des librairies Chapitre. 23 établissements sont donc contraints à la fermeture : Altkirch, Aubenas, Boulogne-sur-Mer, Belfort, Calais, Colmar (Tête), Cannes, Clermont-Ferrand, Douai, Dijon, Evreux, Forbach, Guebwiller, Lyon, Montbéliard, Mulhouse, Nancy Saint-Sébastien, Nantes (partie généraliste), Narbonne, Reims, Romans-sur-Isère, Tarbes et Tours.

 

Le combat n'est pas terminé, cependant, pour les salariés : la CGT, syndicat majoritaire au sein du réseau, appelle à une occupation des locaux. « Les stocks de nos magasins sont nos indemnités. Nous, salariés des librairies Chapitre, nous ne sommes pas responsables de ce gâchis. Après toutes ces années, nous ne partirons pas avec le minimum légal », peut-on lire sur le site de l'organisation syndicale.

 

La CGT appelle donc les employés « à occuper de façon illimitée leur magasin dès demain soir ; dernier jour d'activité ; jusqu'à l'obtention de garanties d'indemnités décentes »

 

Au total, 750 emplois auront pu être préservés, contre 434 licenciements à prévoir. Auxquels il faut ajouter la centaine d'employés des sièges de Paris, Mulhouse et Toulouse : « Certains seront reclassés au sein du groupe Actissia, mais tous ne pourront probablement pas l'être », explique la direction.

 

À noter, la reprise des librairies de Sarreguemines et Châlons-en-Champagne par l'éditeur Albin Michel, qui a déjà repris 5 établissements du réseau Chapitre.