Rentrée littéraire : La fashion week des libraires

Charles Stross : Microsoft Word, un dictateur médiocre

Nicolas Gary - 15.10.2013

Edition - International - Microsoft Word - science-fiction - traitement de texte


L'écrivain de science-fiction britannique Charles Stross vient d'ouvrir le terrier de ce que l'on appelle un vilain troll poilu. Dans un élan de colère, il s'est fendu d'une analyse catastrophique du logiciel de traitement de texte Word, publié par Microsoft. La critique contre le produit de la firme de Redmond est particulièrement virulente - mais le drame c'est qu'on ne peut pas lui reprocher un manque d'objectivité.

 

 

Microsoft Word 2010, New Navigation Menu

La Pane ou La Panne ?

IvanWalsh.com, CC BY 2.0

 

 

« Les grands éditeurs ont été intimidés en croyant que Word est la condition sine qua pour la production de documents. Et ils s'attendent à que ce moi, je m'intègre dans un processus tournant autour de Word, même si c'est un outil inadéquat, nuisible, laborieux pour travailler. C'est, tout simplement, immanquable », explique-t-il au Register.

 

C'est qu'après avoir goûté à Linux, manifestement le bonhomme ne veut pas entendre parler d'un logiciel propriétaire, dont il déplore par ailleurs le principe d'obsolescence planifié. Ses invectives ne connaissent pas de limites.

 

« Microsoft Word est un tyran de l'imagination, un dictateur médiocre, sans envergure, mesquin, qui est complètement inadapté, pour le moindre travail créatif d'un écrivain. Pire, c'est un quasi-monopole dans le secteur du traitement de texte. » Et de ce fait, le logiciel pratiquerait une forme de lavage de cerveau au point que les gens ne peuvent pas imaginer un autre outil, du moins une interface qui ne serait pas celle de Word.

 

Quand au format même du fichier, le .DOC, c'est une sorte de dépotoir informe, dont même la fonction Enregistrement rapide est calamiteuse. « Pour analyser un fichier .DOC, vous devez quasiment coder une mini-implémentation de Microsoft Word. Ce n'est pas un format de fichier pour données, c'est un cauchemar. » Le tout se double, ou se triple, d'un ensemble de fonctions buggées, insuffisantes dans le cadre d'un travail collaboratif...

 

N'en jetez plus...